Afrique: Colloque - Plaidoyer pour l'Afrique

Les solutions aux extrémismes au centre d'une réflexion de trois jours ouverte hier à l'Université protestante d'Afrique centrale.

La situation sécuritaire qui prévaut en Afrique centrale a suscité l'organisation du colloque international ouvert hier à l'Université protestante d'Afrique centrale (Upac). « L'Afrique centrale, notamment la zone Cemac, subit depuis quelques années les assauts de groupes terroristes qui écument les marges périphériques des Etats. Des organisations terroristes comme Boko Haram, des groupes armés, des criminels en bandes et des cybers-criminels constituent des acteurs essentiels qui portent atteinte tant à la stabilité des Etats qu'aux perspectives de développement national », a expliqué le recteur de cette institution universitaire, Pr Bouba Mbima, dans son discours d'ouverture hier, à l'amphithéâtre Immanuel David. Ainsi, pour mieux cerner l'activité de ces mouvements extrémistes et leur impact sur le développement, l'Upac a choisi, pour cette année, le thème « Extrémismes, guerres, paix et développement en Afrique depuis les indépendances ». Pour mieux disséquer ce thème, les organisateurs l'ont décomposé en 33 communications réparties en six panels.

Pour les objectifs de ce colloque international, il est question de « revisiter les approches traditionnelles de résolution des conflits en Afrique, dans le but de les appliquer aux crises actuelles », a indiqué le recteur de l'UPAC. En clair, a-t-il soutenu, « nous devons promouvoir la paix entre les hommes, parce que nous sommes tous enfants de Dieu ».

Dans la même perspective, il est question de « dresser une cartographie et une typologie de l'extrémisme en Afrique depuis les indépendances, proposer aux acteurs de développement des orientations stratégiques permettant de contenir les extrémismes existants, la prolifération d'autres groupes extrémistes, afin d'utiliser de manière efficace les différentes ressources disponibles pour le développement durable du continent. », a-t-on appris au cours de ce colloque.

Dans sa leçon inaugurale, le Pr Daniel Abwa, président du comité d'organisation, par ailleurs doyen de la faculté des Sciences sociales et des relations internationales, a décliné les raisons pour lesquelles les guerres doivent être évitées en Afrique.

« Ces conflits que nous vivons en Afrique ne sont pas véritablement pensés par des Africains. Nous sommes dans des guerres ethniques et tribales qui sont des conséquences d'une pratique coloniale qui a longtemps mis en exergue le principe du diviser pour mieux régner. Aujourd'hui, nous devons changer de paradigme, enseigner les éléments qui unissent les Africains et permettre ainsi que l'Afrique devienne une puissance. Parce que partout dans le monde, c'est l'unité des différents groupes ethniques qui fait leur force », a-t-il indiqué. Les travaux de ce colloque s'achèvent le 30 octobre prochain.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.