Congo-Kinshasa: Tensions !

Les tensions politiques montent d'un cran. Tous les protagonistes, presque, sont divisés quant à la question sur les consultations annoncées par le Chef de l'Etat, lors de sa dernière adresse à la Nation. Au Front Commun pour le Congo, les réunions ne cessent de se multiplier autour de son Autorité morale, l'ancien Président Joseph Kabila.

Après la rencontre réunissant les responsables des regroupements politiques que compose cette maga plateforme politique majoritaire au parlement, sauf changement, Kabila reçoit à Kingakati, ce jeudi les Députés et Sénateurs. Il veut ainsi conserver ses poulains contre une éventuelle tentative de débauchage. Depuis le speech du Président de la République au cours duquel il avait évoqué les limites de la coalition FCC-CACH, une méfiance doublée des tensions politiques couvent le paysage politique.

Depuis qu'il a "commis" le péché originel, celui d'assister, au palais du peuple, à la cérémonie de prestation de serment de trois juges, la tension politique monte également au sein du regroupement AA/a entre pro Kokonyangi et pro Pius Muabilu. «A la lecture des statuts du regroupement AA/a, en l'espèce les articles 35 et 36, il transparaît clairement de la fameuse déclaration, la violation flagrante des statuts qui édictent spécialement la procédure disciplinaire à suivre pour aboutir à la sanction d'un membre. Il s'ensuit de la suspension préventive infligée à son autorité morale, le CNC relève qu'elle n'est pas prévue par les statuts du regroupement AA/a et par conséquent elle est chimérique, montée de toutes pièces et donc sans aucune conséquence juridique», peut-on lire dans le communiqué signé par le président a.i du CNC, Léopold Muyembe.

Le CNC a également, à l'occasion, réaffirmé son appartenance à la plateforme de Joseph Kabila, le Front Commun pour le Congo (FCC). Le ministre d'Etat, ministre de l'Urbanisme et Habitat, Pius Mwabilu avait été suspendu à la tête du groupement politique allié au FCC, AA/a, suite à sa participation à la cérémonie de prestation de serment de trois nouveaux juges constitutionnels mercredi 21 octobre dernier au Palais du peuple. Ce, contrairement à la position du FCC qui, la veille, avait appelé ses cadres et membres à ne pas y prendre part. C'est Joseph Kokonyangi qui a été désigné pour assumer l'intérim. Depuis lors, que des tensions politiques demeurent très persistances.

De Palu, en passant par l'UDPS, pour chuter au FCC, les torchons brûlent.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.