Egypte: Le Parlement arabe soutient l'Egypte dans les négociations sur le GERD

Le Parlement arabe soutient l'Egypte dans les négociations sur le Grand barrage de la Renaissance (GERD) pour parvenir à un accord équitable censé lui préserver ses droits et ceux du Soudan sur les eaux du Nil, a déclaré le président du Parlement, Adel El-Assoumy, lors de l'inauguration de la première séance de la session ordinaire de la 3e législature, au siège de la Ligue arabe au Caire.

Le Parlement réitère son soutien constant au peuple palestinien et poursuit ses efforts visant à mettre fin à l'occupation israélienne et à établir un Etat de Palestine indépendant sur les frontières de juin 1967 ayant pour capitale Jérusalem et à régler le problème des réfugiés, a-t-il dit.

Le Parlement rejette toute ingérence étrangère dans les affaires des pays arabes, notamment celle de l'Iran à Bahreïn, et son soutien aux milices houthies, a indiqué El-Assoumy.

Le Parlement assure son appui total à la légitimité du peuple yéménite et juge nécessaire de poursuivre les concertations inter-yéménites pour parvenir à une solution politique globale.

Le Parlement est entièrement solidaire du peuple libyen et salue le cessez-le-feu signé entre les parties du conflit et affirme son soutien aux peuples d'Irak et du Liban, au Soudan et à la Somalie.

Plus de: Egypt Online

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.