Sénégal: Conseil de discipline du Conseil supérieur de la magistrature - Téliko aphone à sa sortie d'audience

29 Octobre 2020

Le président de l'Union des magistrats sénégalais (Ums), Souleymane Téliko a répondu à la convocation du Conseil de discipline du Conseil supérieur de la magistrature (Csm) hier, mercredi 28 octobre. A sa sortie de la Cour Suprême, il n'a pas fait de déclaration.

L e président de l'Union des magistrats sénégalais (Ums), Souleymane Téliko, a fait face au Conseil de discipline du Conseil supérieur de la magistrature (Csm). Au terme d'une rencontre qui a duré plusieurs heures à la Cour suprême, le magistrat n'a pas fait de déclaration devant la presse.

C'est un mutisme total du président de l'Ums qui a été constaté. Il a juste signifié à la presse que l'audition s'est bien déroulée et a duré 3 heures. Me Ciré Clédor Ly, un de ses conseils, a par la suite pris la parole au nom du pool d'avocats qui s'est constitué pour la défense de Souleymane Téliko.

Lui aussi s'est contenté de dire quelques mots. «Nous n'avons pas de déclaration à faire. Nous vous informons simplement que l'audition s'est tenue correctement et dans le respect mutuel.

Et aussi dans les règles de l'art. Donc nous nous en tenons à cela. Nous n'avons pas d'autres déclarations à faire. Et je parle au nom de l'ensemble des avocats et de ceux en tout cas qui assurent la défense du juge Téliko».

Il ajoute, en outre, que «les avocats étaient présents massivement de même que des magistrats parce qu'il (Souleymane Téliko) a la possibilité de se faire défendre aussi bien par des avocats que les magistrats. L'ambiance était sereine et les choses se sont bien déroulées».

Pour rappel, le président de l'Ums a été traduit devant le Conseil de discipline du Conseil supérieur de la magistrature, après son audition par l'Inspection générale de l'administration de la justice (Igaj).

La convocation au Conseil de discipline du Csm était initialement prévue à Ziguinchor, le 19 octobre, avant d'être reportée et ramenée à Dakar où il a été entendu, hier mercredi, par le Procureur général près la Cour d'appel de Ziguinchor, Assane Ndiaye, désigné comme rapporteur du Csm.

Tout est partie de sorties médiatiques qu'il a eu à faire dans la presse notamment sur la procédure dans l'affaire de la caisse d'avance dans laquelle l'ancien maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall était impliqué.

Les Comités de ressorts des Cour d'appels de Dakar et des régions, l'Ums, le magistrats africains, la société civile... s'étaient fortement mobilisés, à travers des communiqués, pour lui apporter leur soutien et dénoncer une atteinte à l'indépendance et un tentative de musellement de la justice.

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.