Sénégal: Au moins 140 migrants morts lors du naufrage le plus meurtrier de l'année

Des pêcheurs de Yoff, au Sénégal, se préparent à prendre la mer.
29 Octobre 2020

Au moins 140 personnes sont mortes noyées à la fin de la semaine dernière, après le naufrage d'une embarcation transportant environ 200 migrants au large des côtes sénégalaises. Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), il s'agit du naufrage le plus meurtrier enregistré jusqu'ici en 2020.

« Selon des sources médiatiques, les marines sénégalaise et espagnole, ainsi que des pêcheurs qui se trouvaient à proximité, ont sauvé 59 personnes et récupéré une vingtaine de cadavres », a précisé l'OIM. La pirogue aurait connu une avarie grave, lorsqu'un incendie s'est déclaré à bord le 24 octobre.

Des membres de la communauté locale ont déclaré aux équipes de l'OIM que le navire avait quitté Mbour, une ville côtière de l'ouest du Sénégal située à environ 80 kilomètres au sud de la capitale Dakar, à destination des îles Canaries (Espagne).

« Le bateau aurait pris feu quelques heures après le départ et a chaviré près de Saint-Louis, sur la côte nord-ouest du Sénégal », a détaillé l'agence onusienne.

Dakar s'est ému de ce « drame qui a causé la perte de plus d'une dizaine de jeunes ». « C'est avec beaucoup d'émotion que j'ai appris l'explosion, en haute mer, du moteur d'une pirogue qui transportait de jeunes compatriotes », a déclaré dimanche dans un tweet, le Président sénégalais, Macky Sall.

Hausse des départs de l'Afrique de l'Ouest vers les îles Canaries ces dernières semaines

Le Président du Sénégal a envoyé ses condoléances aux familles éplorées, relevant que « toutes les dispositions seront prises par le gouvernement pour les aider à surmonter cette dure épreuve ».

À la suite de ce drame, le gouvernement sénégalais et l'OIM ont d'ailleurs organisé une mission à Saint-Louis pour évaluer les besoins des survivants et leur fournir une assistance psychosociale immédiate.

Avec ce tragique naufrage, ce sont au moins 414 personnes, qui sont mortes sur cette route migratoire en 2020, selon le projet de l'OIM sur les migrants disparus. Sur l'ensemble de l'année 2019, l'agence onusienne a enregistré 210 décès.

« Nous appelons à l'unité entre les gouvernements, les partenaires et la communauté internationale pour démanteler les réseaux de trafic et de contrebande qui profitent de la jeunesse désespérée », a déclaré Bakary Doumbia, Représentant de l'OIM au Sénégal.

Le nombre de départs d'Afrique de l'Ouest vers les îles Canaries a considérablement augmenté ces dernières semaines.

Face à cette recrudescence des départs, le bureau de l'OIM au Sénégal surveille les départs de la côte avec l'aide des membres de la communauté depuis le début du mois de septembre.

En septembre, plus de 600 migrants ont quitté le Sénégal pour les îles Canaries

Rien qu'en septembre, 14 bateaux transportant 663 migrants ont quitté le Sénégal pour les îles Canaries.

Entre le 7 et le 25 octobre, la marine sénégalaise, appuyée par la "Guardia Civil" espagnole (gendarmerie) et des pêcheurs artisanaux, ont intercepté cinq pirogues en partance pour l'Europe, secourant au total 388 personnes, a indiqué de son côté le gouvernement sénégalais dans un communiqué.

L'OIM estime que près du tiers des départs ont été signalés comme ayant subi un incident ou un naufrage.

Cette année, il y a eu environ 11.000 arrivées de migrants aux îles Canaries, contre 2557 à la même période l'année dernière. Mais ce chiffre est encore bien inférieur aux sommets atteints en 2006, lorsque plus de 32.000 personnes y avaient débarqués.

« Il est également important que nous plaidions en faveur de l'amélioration des voies légales afin de saper le modèle commercial des trafiquants et de prévenir les pertes de vies humaines », a ajouté M. Doumbia.

A noter que cette récente tragédie fait suite à quatre naufrages enregistrés en Méditerranée centrale la semaine dernière et à un autre dans la Manche entre la France et le Royaume-Uni.

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.