Burkina Faso: Justice et santé - Roch Marc Christian Kaboré dévoile les réformes faites (Burkina Faso, élections 22 novembre 2020)

Au terme d'une visite presse de cinq jours dans plusieurs localités du pays dont Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, le président Burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a reçu au Burkina Faso, une vingtaine de journalistes venus pour la plupart des pays de la sous-région ouest africaine. La rencontre qui a eu lieu en fin d'après-midi du jeudi 22 octobre 2020, avait pour cadre sa résidence privée, réservée selon son entourage, à ses « hôtes de marque».

Au terme des civilités d'usages , le numéro 1 Burkinabè a fait un bref bilan de son quinquennat qu'il a jugé satisfaisant, malgré une prise de fonction dans un contexte difficile.

Investi comme président de la République le 29 décembre 2015, Roch Marc Christian Kaboré avait été confronté, 15 jours après, soit le 14 janvier 2016, à des attaques terroristes à répétition. Une fronde sociale s'était ajoutée à la situation, mettant à mal les fondements économiques et sociaux du pays.

Dans les échanges avec la presse, le Président du Faso est revenu sur les reformes institutionnelles et la modernisation de l'administration.

Roch Kaboré a mis l'accent sur l'indépendance de la Justice. Il a affirmé que des acquis notables ont été engrangés, avec notamment l'organisation, la composition, les attributions et le fonctionnement du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), le statut du magistrat.

« (... ) L'indépendance du Conseil supérieur de la magistrature s'apprécie également à travers l'autonomie administrative et financière accordée à son Secrétariat permanent dont les dotations en ressources humaines, matérielles et financières ont été nettement accrues. De plus, le président du Faso n'est plus le président de ce Conseil » , a-t-il expliqué.

Sur la question de l'éducation scolaire et préscolaire, il a fait un bilan après plus de 4 années de mise en œuvre du Programme présidentiel. Il en résulte que l'engagement de faire croître de 10% par an, le taux de pré scolarisation est réalisé, dans tout le pays.

S'agissant de la Santé, le chef de Burkinabè , a indiqué avoir traduit son attachement à la santé de ses concitoyens avec la mise sur pied de l'opération RAMU (Régime d'Assurance Maladie Universelle) qui permet de façon graduelle d'élargir la couverture maladie à l'ensemble des Burkinabè, sans oublier la gratuité des soins au profit des femmes et des enfants de moins de 5 ans.

« Vous ne savez pas combien je suis heureux quand je suis en déplacement auprès des populations rurales et qu'il y a quelqu'un qui sort de la foule et me dit , merci président ! Grâce à vous, ma femme a été soignée gratuitement, elle se porte bien. Mon bébé aussi ! Merci beaucoup», a révélé le Président du Faso.

La gratuité des soins au profit des femmes enceintes et des enfants de moins de 5 ans qui s'est poursuivie en 2019, avec 14.856.837 bénéficiaires a été complétée dira-t-il, par la gratuité de la planification familiale. Celle-ci est opérationnelle sur toute l'étendue du territoire nationale depuis le 1er juillet 2020 dernier.

Dynamiser les secteurs porteurs pour l'économie et les emplois, relever le défi de la consolidation du développement du capital humain sont entre autres, des défis abordés par le président Kaboré en cas sa réélection pour son deuxième et dernier quinquennat (2020-2025).

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.