Congo-Brazzaville: La direction du CHU de Brazzaville veut créer un comité pharmaceutique

Le Centre hospitalier et universitaire (CHU) de Brazzaville a organisé, le 29 octobre, un atelier du comité pharmaceutique et thérapeutique en vue de redonner la place à un usage rationnel du médicament.

Ce comité a pour but de s'assurer que les patients bénéficient de la meilleure qualité des soins au meilleur rapport coût-efficacité en déterminant les médicaments disponibles, leur coût et leur utilisation.

Le comité pharmaceutique et thérapeutique est un organe hospitalier qui rassemble tous les partenaires impliqués dans les décisions sur l'utilisation des médicaments. Il peut exister de tels comités à tous les niveaux du système de santé : établissements de soins de santé primaires et à l'hôpital.

« Je voudrais rappeler la responsabilité médico-légale du médecin prescripteur d'assurer la meilleure prise en charge thérapeutique dans le respect des indications et des contre-indications. Sa responsabilité médico-sociale c'est-à-dire celle de proposer aux patients le meilleur coût-efficacité de ces prescriptions », a indiqué le professeur Suzy Gisèle Kimbally Kaky, directrice des affaires médicales au CHU de Brazzaville.

La mise sur pied de ce comité permettra d'élaborer les politiques pharmaceutiques, choisir les médicaments à rendre disponibles à l'hôpital à travers l'établissement d'un livret thérapeutique, d'apprêter les protocoles thérapeutiques et d'organiser la gestion des effets indésirables ainsi que des erreurs médicamenteuses.

Les médicaments essentiels, à coût égal, sont l'un des moyens les plus efficaces de sauver des vies et d'améliorer la santé, et dans de nombreux pays en développement. Ils représentent 20 à 40% du budget de la santé des hôpitaux. Il arrive souvent que les systèmes de santé ne soient plus en mesure, du fait de l'augmentation des coûts et du manque de ressources, de se procurer des médicaments en quantité suffisante pour répondre aux besoins des patients.

Malgré cela, les médicaments sont souvent gérés et utilisés de manière inefficace et irrationnelle, pour diverses raisons telles que la formation insuffisante des personnels de santé, l'absence de formation continue et de supervision, ou encore le manque d'informations pharmaceutiques fiables, à jour et impartiales.

Parmi les principaux problèmes d'inefficacité ainsi que d'utilisation incorrecte des médicaments on peut citer les médicaments choisis sans tenir compte de leur efficacité relative, de leur rapport coût-efficacité ou de leur disponibilité locale ; les pratiques d'acquisition inefficaces, conduisant à la pénurie, à une qualité insuffisante, au gaspillage de médicaments ou à l'utilisation de médicaments inutilement coûteux et les prescriptions non conformes aux protocoles thérapeutiques standard.

De ces problèmes découlent également les mauvaises pratiques de dispensation, entraînant des erreurs médicamenteuses et la méconnaissance des posologies par le patient, le non-respect des posologies et des conseils de traitement par les patients. Enfin, l'utilisation inefficace des médicaments nuit à l'innocuité et à la qualité du traitement et entraîne un gaspillage de ressources.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.