Congo-Kinshasa: Consultations - Prof. Kabatu-Suila encourage Félix Tshisekedi !

interview

*Dans une interview exclusive accordée au quotidien La Prospérité, le Professeur Bernard- Emmanuel Kabatu-Suila a passé en revue les questions préoccupantes de l'heure en République Démocratique du Congo, particulièrement la situation politique qui tient le pays tout entier en haleine.

S'agissant du récent discours du Chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, annonçant l'ouverture des consultations avec les acteurs politiques et sociaux en vue de créer une Union sacrée, Prof. Kabatu-Suila encourage Félix Tshisekedi et estime que "le Chef de l'Etat venait de donner carrément un coup fatal à la coalition FCC-CACH". Bien plus, Prof. Kabatu-Suila pense que le Président Tshisekedi a davantage de marges de manœuvres pour atteindre ses objectifs.

Encore qu'il a à ses côtés un partenaire avec qui il ne vit plus en odeur de sainteté. Outre la situation politique, Prof. Bernard Emmanuel Kabatu-Suila a, au cours de cet entretien, passé en revue la situation sécuritaire de l'Est de la RDC qui, jusqu'à ce jour, est au centre de l'actualité, avant de parler de l'économie nationale de la RDC face à la dollarisation. Ci-dessous, l'intégralité de l'interview.

Prof., allons tout droit au but. Quelle est votre lecture sur le Discours du Chef de l'Etat ?

Par ce discours historique, extrêmement court et absolument circoncis, alors que plusieurs de ses partenaires directement intéressés ne semblaient pas avoir exactement bien compris le fond de sa pensée, le Chef de l'Etat venait de donner carrément un coup fatal à la Coalition politique FCC-CACH. Mais fort de sa double casquette de Coach prévoyant, il compose actuellement avec vigilance son équipe pour la 2ème Mi-temps, tout en prenant bien soin d'éloigner au banc des touches les joueurs éprouvés, essoufflés et fatigués en commençant par leur Capitaine qui se trouve qui se trouve lui avec un carton rouge et hors du terrain, donc dans une logique de non récupération.

Grâce à la dissolution de la coalition avec les partenaires du FCC, le Président Félix a-t-il résolu tous les problèmes récurrents ?

Prof. Kabatu-Suila : Absolument pas (... ) plusieurs questions sont encore sur la table sans solution depuis que Tshilombo a été investi, il n'y a que la Gratuité qui est passée entre les mailles du filet de son Partenaire et Encore. C'est la raison d'être de sa colère de constater qu'au lieu de chercher ensemble des solutions aux nombreux problèmes du pays, deux ans après l'investiture on pédale beaucoup et encore mais sur place, les partenaires complotent Angéliquement chaque jour pour lui en créer davantage ; Trop c'est trop, c'est dans cet excès d'outrage que le Chef de l'Etat doit avoir décidé de casser purement et simplement la baraque, mais seulement en douceur et sans bruit.

Quelle est maintenant l'avenir de la lutte contre les antivaleurs (les détournements des deniers publics, la corruption, le laxisme dans la gestion des Entreprises publiques et le Tribalisme) ?

Il s'agit ici de la question de vouloir ou de ne pas vouloir l'installation d'un Etat des droits ; c'est très dommage que mainte intellectuels de plusieurs bords ne savent pas très souvent mettre leur savoir au service de la communauté. La lutte contre les antivaleurs va continuer, d'autant plus que le champion principal de l'Etat des droits, le Président Félix Tshisekedi Tshilombo va survivre au tsunami.

Toutefois, après cette mise en ordre de la situation politique qui était devenue visiblement très tendue pour tous les partenaires de la Coalition FCC-CACH lesquels n'avaient plus la même vision sur rien, comme l'abrièvement décrit le Président de la République Félix Tshisekedi Tshilombo lui-même par son Grand et Historique Discours de 6 minutes, il va falloir s'attaquer maintenant aux vrais problèmes du pays car les bagarres dans la Coalition ont été certainement une pure distraction que s'offraient les Coalisés, alors que les problèmes du pays demeuraient entiers.

Quels sont ces problèmes du pays qui demeurent encore entiers ?

Prof. Kabatu-Suila : Il s'agit :

a) les guerres de l'Est du pays est toujours vivace ;

b) la refondation de l'économie nationale est toujours théorique et rien ne transparaît ;

c) l'industrialisation du pays pour son développement tout le monde en parle mais nulle part on fait quelque chose ;

Comment atteindre l'objectif du développement du pays si l'on n'en maîtrise pas suffisamment les Préalables ? Autrement exprimé, comment atteindre le développement du pays sans l'industrialisation du pays qui en constitue son premier préalable ? Mais comment industrialiser un pays sans disposer des connaissances technologiques ou techniques absolument indispensables, ce que l'on appelle autrement le transfert des technologies ?

L'objectif principal à poursuivre par le Gouvernement est certainement celui du développement du pays, la question majeure aujourd'hui resterait celle de la refondation de l'Economie Nationale. Les Congolais ne doivent certainement pas laisser aux étrangers de décider comment l'outil de production au Congo doit-il être orienté, même si l'on sait que ce sont les investisseurs étrangers qui le plus souvent : choisissent leurs domaines d'investissement, la décision nationale devait primer.

Comment gérer la question de la Refondation de l'Economie Nationale et quel est le Service qui gère les problèmes liés à la refondation de l'économie nationale ? Est-ce le Ministère de l'Economie Nationale ? Est-ce la Primature ou Est-ce la Présidence de la République ?

Cette question est fondamentale et mérite que l'on y travaille avec précautions et en permanence, la vie et l'avenir de notre pays tout entier en dépendent.

En quoi consiste la Refondation de l'économie d'un pays ?

C'est une réorientation de l'économie du pays compte tenu des priorités et des urgences. Pour répondre mieux à la question : C'est la direction dans laquelle devrait être orientée la plus grande partie des investissements destinés à l'Economie nationale. Ce qui explique que la décision pour les investissements publics étrangers doit revenir à l'initiative nationale.

Abordons les questions liées au Dollar américain. Est-il possible que l'Economie Nationale se débarrasse du dollar américain un jour ? La stabilité actuelle des taux d'échange par rapport au dollar américain est-elle définitive ?

Pour le moment l'Economie nationale est faible et ne produit suffisamment, la monnaie nationale, le Franc Congolais ne joue par conséquent pas pleinement ses rôles ou ses missions traditionnelles qu'une monnaie nationale doit normalement jouer (de réserve, d'échange, de transaction et d'épargne). C'est le Congo qui a besoin d'une monnaie internationale pour la survie de son économie. Le Dollar américain n'a pas besoin de la RDC, C'est plutôt l'économie de la RDC notre pays qui a besoin du dollar pour la survie de la population. C'est une question liée à la fois à la convertibilité du Franc Congolais sur les marchés extérieurs et en même temps à l'insuffisance de production de notre économie qui ne se trouve pas suffisamment sur les marchés extérieurs.

Cependant, il faudrait noter que c'est une chance qu'à notre pays la RDC d'avoir le dollar américain comme 2e monnaie d'échange, lorsque nous devrions commercialement échanger avec d'autres pays dont les échanges commerciaux sont basés sur le dollar américain comme les USA, la Grande Bretagne ou le Canada, notre économie devrait très souvent en sortir plus gagnant dans les échanges avec des économies fortes et riches à condition que notre économie atteigne un niveau appréciable de compétitivité dans les échanges.

La compétitive des produits sur les marchés est une question des conditions et des coûts de production.

La Pros. :Comment lutter contre la dollarisation de l'économie nationale de la RDC ?

Prof. Kabatu-Suila : C'est une bonne question.Mais avant tout pourquoi faut-il lutter contre la dollarisation de notre économie ? Il est probablement inutile de rappeler, que la dollarisation de l'économie d'un pays en développement n'est pas une mauvaise affaire en soi (théorie de l'échange internationale, J, Mill).

En exemple : Dans les pays comme la France où là, en prenant comme référence une période donnée, il y a des opérations économiques qui profitent d'un degré donné de la dollarisation de l'économie de leurs pays, et il y a une partie d'autres opérateurs économiques du pays qui souffrent du même degré de la dollarisation de l'économie de leur pays. Tout est question de faire un bilan et de réagir en conséquence.

Aux Etats-Unis d'Amérique, cette situation est à peu près à l'inverse par rapport aux partenaires commerciaux des Etats-Unis d'Amérique, compte non tenu de leur taux d'ouverture ou de dépendance économique et commerciale au monde.

De toute façon, si la dollarisation de l'économie d'un pays quel qu'il soit, commence à poser de problèmes économiques, en d'autres termes, si on estime objectivement que les difficultés de l'économie nationale d'un pays sont le fait de la présence encombrante ou massive d'une monnaie étrangère, les remèdes doivent demeurer essentiellement économiques et non politiques.

En RDC, au lieu de nous préoccuper trop comment Dédollariser l'économie du pays, il faudrait que nous nous efforcions à percevoir comment faire profiter à l'économie de sa dollarisation.

En toute état de cause, au vu de sa situation actuelle, l'économie de la RDC, ne peut pas encore profiter de sa dollarisation, pour ce faire, il faut en faire un objectif de l'ensemble de l'économie nationale et travailler pour.

Une autre question, comment notre Gouvernement peut-il défendre le Franc Congolais même contre le dollar, lorsqu'il impose que certains services prestés sur le territoire national comme les visas et les passeports soient payés en dollars ($). Quelles que soient les raisons, cette exigence de payer les services fournis sur notre propre territoire, en monnaie étrangère et encore à l'Etat Congolais de surcroit, est une volonté manifeste de saboter le Franc Congolais.

La question de la Refondation de l'Economie Nationale comme celle qui touche à l'industrialisation du pays doit-être confiée aux soins des cadres plus expérimentés et débarrassés des soucis primaires. Autrement exprimé, les Conseillers du Chef doivent être en mesure de lui apporter leurs expériences, et non pas attendre qu'ils apprennent à ses côtés. Le Président n'est pas un Enseignant, il a seulement des services à recevoir de différents collaborateurs.

Le Président Tshisekedi n'a pas l'éternité à la tête de l'Etat afin d'accomplir son programme conformément à son serment devant le peuple congolais, c'est pourquoi les chantiers les plus grandes ou les plus difficiles comme la Refondation de l'Economie Nationale et l'industrialisation du pays devraient faire l'objectif d'un démarrage absolument immédiat et sans délais. Dans ce cadre, il n'y a pas de honte à faire appel même aux Belges puisqu'ils sont, parait-il disposés maintenant à marcher avec nous dans un partenariat gagnant/gagnant ou même aux Chinois pour leur expertise dans ces domaines de l'industrialisation surtout pour la petite industrie. (Machines, outils, agroalimentaires, etc.).

Un autre chantier sinon le plus important de tout et aussi le plus urgent c'est celui de l'Education. Le Président Tshisekedi a déjà octroyé la gratuité de l'enseignement primaire et secondaire dont bénéficient aujourd'hui, plusieurs millions de nos enfants mais bientôt aussi par nécessité et urgence ça devrait être le tour de l'enseignement professionnel et technique jusqu'à l'université à bénéficier de la gratuité de l'enseignement, car c'est là où se trouve la base de l'industrialisation du pays et la refondation du l'économie nationale.

Il paraît que la majorité des Conseillers du Chef de l'Etat dont la plupart viennent d'être fraichement diplômés de bonnes Universités nationales ou étrangères devraient trouver utilement même avec leurs avantages pécuniaires leurs places dans l'Enseignement et dans l'Administration Publique où on les attend à bras ouverts pour qu'ils transmettent pour les uns aux plus nécessiteux et à la jeunesse pour l'avenir du pays les connaissances modernes acquises dans des universités étrangères et que d'autres affectés dans les services publics de l'Etat apprendront à servir la Nation aux côtés des anciens cadres en fin de carrière dans l'Administration Publique.

Concernant la lutte contre le Tribalisme, c'est le Gouvernement de la République qui a tous les leviers de commande susceptibles de freiner le fléau. En effet, si les normes imposées par les administrations publiques aux mandataires publics sont poreuses l'Etat ne devrait que s'en prendre à lui-même.

Par exemple : on instruit les Ministres que personne ne doit faire du tribalisme dans l'engagement des unités dans chaque Ministère, mais les instructions ne précisent pas : sur le total des effectifs accordés au Ministère combien d'éléments pour la famille biologique du Ministre et combien maximum par province que la Ministre peut engager, qu'il ne doit pas dépasser ?

S'il n'y a pas de barrière ou d'interdiction, tout ce qui n'est pas défendu et autorisé, dit-on. Dans ce cas de non précision des instructions données on ne sait pas s'en prendre efficacement contre les Mandataires publics si les instructions à leur disposition sont par exemple flous.

Qui est le Prof. Kabatu-Suila ?

KABATU-SUILA est l'inventeur de la Formule 1+4 qui a sauvé le pays de la Balkanisation.

Il a aussi prophétisé sur la passation pacifique de pouvoir entre le Président KABILA et son successeur (le 24/01/2019)

PROFIL DU PROFESSEUR DOCTEUR KABATU-SUILA BERNARD EMMANUEL

Docteur en Sciences Economiques ;

Docteur Honoris Causa ;

Avocat

Docteur en Sciences Economiques de l'Université Libre de Belgique (VUB/ULB), en Belgique ;

Licencié en Sciences Economiques Appliquées en Economie Publique à l'Université de l'Etat à Mons, en Belgique ;

Licencié en Economie en Développement de l'Université Catholique de Louvain-la-Neuve, en Belgique ;

Licencié en Droit Economique de l'UCI (Université Chrétienne Internationale) à Kinshasa ;

Secrétaire Général Académique de l'UCI (Université Chrétienne Internationale) à Kinshasa ;

Vice Recteur de l'UCI, à Kinshasa ;

Professeur Emérite à l'UCI, à Kinshasa ;

Inventeur de la Théorie des Cinq Conditions Prioritaires du Développement (Janvier 2000), grâce à la quelle :

Il fut candidat Prix Nobel d'Economie de l'Université Protestante au CONGO (UPC), en Décembre 2002, à l'Académie Royale de Prix Nobel à Stockholm, à la suite du plébiscite de l'UNESCO pour la mise au point de cette Théorie par l'auteur)

Reconnu publiquement Père intellectuel du NPAD par l'Union de la Presse du Congo, toujours par rapport à la théorie des Cinq Conditions Prioritaires du Développement ;

Inventeur de la Théorie de Triangle des Cinq ;

Inventeur de la Théorie de l'inefficacité Universelle ;

Inventeur du Principe du Bic Sec ;

Auteur de plusieurs publications dont :

Comment va l'Afrique ;

Le Congo en marche ;

Patrice E. Lumumba Béatifié ;

Appel Pathétique.

Candidat Indépendant à l'Election Présidentielle de 2006, en RDC. Il fut classé 12ème sur les 33 candidats au premier tour ;

Secrétaire Général Honoraire du Ministère des Affaires Etrangères e de la Coopération Internationale ;

Grâce à sa carrière de Diplomate au sein du Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, il est nommé et porte le Titre d'Ambassadeur de la République ;

Il parle plusieurs langues dont le Français, l'Anglais et l'Allemand.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.