Burkina Faso: Ouattara Frédéric - « Ce qu'il faut savoir sur le projet de satellite burkinabè »

Président de l'Université Norbert ZONGO (la deuxième grande université du Burkina Faso) depuis le 6 juin 2019, le Professeur Frédéric Ouattara est une fierté pour le Burkina Faso et le continent africain.

En cette matinée du mardi 20 octobre 2020, pour aller à la rencontre de ce cerveau préparant un programme satellitaire, nous nous rendons à Koudougou, en plein cœur du plateau Mossi, situé à une centaine de kilomètre de Ouagadougou, la capitale.

Là, nous découvrons avec son équipe, cet homme de 58 ans dont les recherches ont été saluées en 2018, par la Spatiale de l'Union Américaine de Géophysique, à Washington DC, aux États-Unis.

Le programme satellitaire en préparation qu'il a baptisé «Burkina-Sat 1», nous dira-il, est une œuvre du Laboratoire de Recherche en Energétique et Météorologie de l'Espace (LAREME) de l'Université Norbert Zongo.

«Notre satellite permettra avant tout aux enseignants-chercheurs de travailler à la formation à la relève et de permettre au burkinabé de réaliser l'autosuffisance alimentaire et de mieux se protéger contre les aléas climatiques et autres », explique-t-il. Il s'agira entre autres, d'améliorer dans ce pays enclavé, «ce qui est déjà fait dans des domaines de l'agriculture, de la prospection minière, de l'étude des sols.

La stratification du sol sera connue pour déterminer les minerais, les ressources en eau, la santé. Avant d'atteindre la télé médecine, on pourra déterminer la quantité d'aérosol dans l'espace émis par les activités humaines ou naturelles. Les aérosols interviennent aussi à l'échelle planétaire et locale dans les phénomènes de pollution de l'air et d'allergies. Il est surtout utile pour la prévision climatique»

Le Professeur Ouattara Frédéric a ajouté :

« Avoir un satellite fonctionnel en orbite requiert trois étapes. La première c'est la construction de la station au sol. Étape réalisée depuis le 27 août 2020. Ce jour, le Ministre de l'enseignement supérieur a procédé à la réception officielle de cette station au sol à Koudougou. La deuxième étape qui est en cours est celle de la construction du cube Satellite. La troisième étape est la phase des tests et celle de l'embarcation du satellite, de sa mise en orbite et de sa stabilisation. Étape à venir ».

Pour l'architecture de la station que nous visiterons, il évoquera la mise d'une antenne UHF/VHF pour communiquer avec les autres satellites à travers le monde.

«Au regard des signaux transmis par les satellites passant au-dessus de la station, seule l'antenne VHF couvrant la plage (30-300 MHz) est utilisée pour la réception. L'UHF sera utilisée pour la transmission de données de Burkina Sat-1 qui émet dans cette gamme de fréquences (300-3000 MHz). Un module radio transmetteur et receveur UHF/VHF pour la communication avec les satellites. Un dispositif de contrôleur d'azimuth/élévation et d'un ordinateur ainsi qu'un écran d'affichage sont également nécessaires » a indiqué celui qui a également raflé le Prix du meilleur physicien spatial d'Afrique 2018.

Professeur Ouattara Frédéric a révélé l'implication effective de l'État burkinabé dans ce giga-projet : « Burkina-Sat1 est un projet entièrement financé par l'Etat Burkinabé. Si nous réussissons à mettre notre satellite en orbite, nous allons nous attaquer à d'autres types de satellites. Nous aurons donc Burkina-Sat2 et ainsi de suite.

Le 27 août 2020, le Pr Alkassoum MAIGA, Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l'Innovation a procédé à la Réception officielle de la station au sol de Burkina-Sat1. Il avait à ses côtés d'autres membres du gouvernement et le Directeur de Cabinet du Président du Faso. Suite à cette réalisation, SEM Roch Marc Christian KABORÉ , Président du Faso nous a traduits, mon équipe et moi, toute sa fierté et sa reconnaissance pour la réalisation de la station au sol du Satellite avant d'affirmer son accompagnement pour l'aboutissement du projet qui va faire du Burkina le premier pays d'Afrique Francophone à réaliser une telle œuvre.

Enfin, le 19 octobre 2020, SEM Christophe Joseph Marie DABIRE, le Premier Ministre chef du Gouvernement a visité la station au sol de Burkina Sat1. Il a encouragé les chercheurs à accélérer le processus car les perspectives sont bonnes. Alors vous me donnerez l'occasion d'adresser mes sincères remerciements au chef de l'Etat et au gouvernement qui ont pris à bras le corps ce projet ».

Professeur titulaire des Universités du Cames depuis 2014, en physique et Hélio physique météorologie de l'espace, le président Ouattara Frédéric qui est membre de l'association africaine de géophysique est auteur d'une quarantaine de publications scientifique. Dans son cursus, il a fait à l'université d'Abidjan en 1998, sa thèse 3è cycle en Géophysique option Energie solaire.

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.