Tanzanie: Élections - Plusieurs opposants arrêtés après un scrutin controversé

Le président John Magufuli.

Les premiers résultats des élections présidentielle, législatives et locales en Tanzanie ont commencé à tomber jeudi 29 octobre.

Les candidats du pouvoir sortent quasiment tous largement vainqueurs. Plusieurs membres de l'opposition ont été arrêtés après avoir manifesté contre ces résultats qu'ils ne reconnaissent pas. À l'international, la crédibilité du scrutin est remise en question, notamment à Washington.

Toute la journée de jeudi, le parti ACT-Wazalendo a dénoncé la répression du pouvoir contre ses membres. À Zanzibar, ses président, vice-président et membres du comité central ont été arrêtés juste après avoir appelé à manifester pacifiquement contre la fraude électorale.

L'un d'eux aurait été battu par la police, puis hospitalisé. Le directeur de campagne aurait lui été violemment interpellé à son domicile. Le mouvement d'opposition serait sans nouvelles de lui.

Le principal adversaire du président John Magufuli, Tundu Lissu, a déjà annoncé que son camp ne reconnaîtrait pas les résultats de ce qu'il a décrit comme une fraude « unique dans l'histoire du pays ».

Il a dénoncé une mascarade, avec des bourrages d'urnes, des bulletins pré-remplis. Des milliers de ses observateurs se seraient vus interdire l'accès aux bureaux de vote.

L'ONG Tanzania Election Watch appelle à un décompte juste et transparent

Des observateurs internationaux ont, eux aussi, critiqué le processus. Les États-Unis ont reconnu « des doutes sur la crédibilité des résultats ». Washington a demandé aux autorités de dialoguer avec l'opposition et de laisser les Tanzaniens manifester pacifiquement.

Tanzania Election Watch, une ONG internationale composée de personnalités africaines, parle d'événements ayant « entaché la crédibilité du vote ». L'organisation a appelé à un décompte juste et transparent, en demandant à la Commission électorale d'enquêter sur les plaintes.

Statement by Tanzania Elections Watch Panel on Observations made during the Election Day in Tanzania #TanzaniaElectionsWatch #TanzaniaDecides2020 pic.twitter.com/nyZ7G37NYM

Tanzania Elections Watch (@WatchTanzania) October 29, 2020

Son président Frederick Ssempebwa a néanmoins rappelé que « malheureusement, les chiffres publiés par la NEC n'étaient pas susceptibles de recours ».

Il s'est inquiété de possibles violences à venir. À noter que dans le territoire semi-autonome de Zanzibar, le candidat du parti au pouvoir, Hussein Mwinyi, l'a emporté avec 76% des voix.

Il succède à Ali Mohamed Shein et devient le 8e président de Zanzibar depuis 1964. Il a appelé les opposants à se joindre à lui pour construire ensemble ce territoire.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.