Madagascar: Analakely - Un effondrement fait deux blessés graves

Un réparateur de téléphone n'ayant pas souhaité que son nom soit divulgué a vécu cet instant de panique. Il était installé avec sa table et ses outils de travail à proximité de ce bâtiment du ministère de la Communication et de la culture où a eu lieu l'effondrement.

« J'ai entendu une détonation qui a même fait trembler la terre. Le pare-brise d'un minibus de marque Mazda garé à côté a volé en éclats après avoir été frappé par des morceaux de pierre », décrit-il.

Un vendeur à la sauvette explique, « la police de circulation a appelé les sapeurs pompiers dès qu'on s'est aperçu des faits. En deux temps trois mouvements, les secouristes étaient là. Ils se sont affairés pour désincarcérer les ouvriers bloqués à l'intérieur de l'édifice ».

Détériorée

Les sapeurs-pompiers ont retrouvé les victimes, les unes après les autres. Les deux dernières étaient les plus touchées. Selon toujours les témoignages recueillis, « les gens ont cru qu'elles étaient mortes. Heureusement qu'elles avaient leur téléphone sur elles.

Elles ont pu indiquer l'endroit où elles restaient coincées. Il a fallu une trentaine de minutes pour les retirer de là ». Elles ont été blessées à la tête et aux pieds. Leur poitrine aurait également subi un choc, d'après les informations de l'équipe urgentiste.

Une partie du bâtiment s'était détériorée depuis des années. Le ministère avait décidé d'évacuer le personnel il y a deux mois. Il avait engagé une entreprise pour sécuriser le lieu avant la période de pluie.

« On avait mis des échafaudages pour pouvoir le démolir progressivement. C'est au cours des travaux que l'effondrement est survenu », communique le ministère de la Communication et de la culture dans sa page facebook.

La chute d'un échafaudage au deuxième étage a été à l'origine de cet écroulement, selon la commune urbaine d'Antananarivo (CUA).

Les lieux ont été clôturés et la sécurisation renforcée après le drame. Un camion de la CUA a été utilisé pour enlever et nettoyer les gravats.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.