Madagascar: Anjozorobe - Deux bouviers enlevés, l'une des victimes assassinée par les ravisseurs

Le 27 octobre vers 11 heures, un bouvier a été retrouvé mort à Ambodiriana, dans le fokontany Amparihibe, commune Ambatomanoina, district d'Anjozorobe. Avisés par le Maire de la commune d'Ambohitompoina, deux éléments de la brigade de la gendarmerie d'Anjozorobe, accompagnés par le médecin-chef du CSB II d'Ambohitompoina, se sont rendus sur place pour constater la dépouille et pour ouvrir une enquête.

Celle-ci a révélé que la victime était recherchée par sa famille depuis la nuit du 25 octobre. Ce jour-là , l'adolescent âgé de 14 ans et son frère de 18 ans n'étaient pas rentrés chez eux alors qu'ils étaient partis garder le troupeau de la famille. La famille avait décidé de ne pas aviser les forces de l'ordre, elle a pris l'initiative de faire les recherches elle-même.

Le lendemain, un appel téléphonique est parvenu à la famille. Au bout du fil, un individu a réclamé une somme de 5 millions d'ariary en échange de ces deux bouviers. La famille a ainsi payé la moitié de la rançon, ce qui n'aurait pas satisfait les ravisseurs.

Ces derniers ont alors tué le cadet dont le cadavre a été découvert le 27 octobre à Amparihibe, comme mentionné plus haut. Poursuivant son investigation, la gendarmerie a réussi à arrêter deux suspects, tous deux habitants du fokontany de Miadana, dans la commune d'Ambohibary-Vohilena, district d'Anjozorobe.

Actuellement ces individus sont placés en garde à vue à la brigade d'Anjozorobe pour la continuité de l'enquête. Le kidnapping est devenu pratique courante dans la brousse.

Les bandits de grand chemin et voleurs de bovidés utilisent cette méthode le plus souvent pour éviter qu'on les poursuive dans leur fuite et pour ensuite revenir réclamer une rançon.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.