Afrique de l'Ouest: Traitement des réclamations de la clientèle - Les établissements de crédit tenus, désormais, à répondre dans un délai de 30 jours

Dans le cadre de la protection des usagers de services bancaires, le président de Commission bancaire de l'Umoa a signé, le 18 septembre 2020, la Circulaire n° 002-2020/CB/C relative au traitement des réclamations des clients des établissements assujettis au contrôle de ladite Commission.

Selon la Bceao qui a donné l'information, l'établissement de crédit est tenu d'apporter une réponse à la réclamation du client « dans un délai ne pouvant pas excéder un mois ».

Les établissements de crédit sous contrôle de la Commission bancaire de l'Umoa n'ont, désormais, que 30 jours pour apporter des réponses aux réclamations de leurs clients, à compter de la date de réception de la demande, d'après les dispositions de l'article 7 de ladite Circulaire.

La Bceao relève qu' « il convient de préciser que le traitement des réclamations est rendu à titre gratuit au client ».

Aux termes de ladite Circulaire, les établissements assujettis sont tenus de se doter d'un dispositif interne de traitement des réclamations formulées par la clientèle et prendre les dispositions utiles pour porter à la connaissance de la clientèle l'existence d'un tel dispositif (affichage dans leurs locaux, site internet et documents contractuels).

Par ailleurs, la Circulaire prévoit en son article 11, selon M. Lo, que tout client non satisfait du traitement réservé à sa requête ou qui n'a pas reçu de réponse dans le délai fixé d'un mois, peut saisir la Commission bancaire de l'Umoa sous réserve du respect des conditions de recevabilité.

C'est pour dire que la demande doit être liée aux produits et/ou services financiers fournis par l'établissement, préalablement soumise par le réclamant à l'établissement concerné.

L'article 11 de la Circulaire dispose également que la demande, pour être recevable par la Commission bancaire, doit être accompagnée des documents et informations (un exposé détaillé et chronologique des faits à l'origine de la réclamation et des démarches déjà entreprises par le réclamant ainsi qu'une copie de la réponse de l'établissement et, à défaut, l'indication formelle du réclamant qu'il n'a pas obtenu de réponse dans le délai prévu à l'article 7).

Aussi, poursuit-elle, la demande ne doit pas faire l'objet d'un examen par une instance judiciaire, extra-judiciaire ou administrative, en particulier par les mécanismes de règlement de litiges mis en place dans le cadre des observatoires de la qualité des services financiers (Oqsf).

A La Une: Economie, Affaires et Finance

Plus de: lejecom

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.