Cote d'Ivoire: Gouza Nahounou - « A 72h de la présidentielle, nous appelons tous les électeurs à faire barrage à la violence... »

29 Octobre 2020
interview

L'association Idées de paix s'est donnée comme mission de participer, de créer et recréer, les conditions du dialogue et du vivre ensemble, dans le respect de la diversité et des différences, d'apporter une aide, matérielle, psychologique, sous toutes formes, aux personnes vulnérables.

A ce jour, quel bilan faites-vous de vos activités en Côte d'Ivoire ?

Les retours de terrain, venant des populations en situation de grande précarité auprès desquelles nous sommes intervenus, et qui continuent de solliciter notre association, démontrent la justesse de nos actions et justifie la nécessité de nos interventions.

Ainsi l'arbre de Noël que l'association a organisé le 20 décembre 2019 dernier a permis à plus de de 4500 enfants de bénéficier d'un cadeau et d'un repas de Noël. Cette activité a permis de renouer les liens entre les familles de ces enfants, issus des différentes communautés vivant dans la région du Guemon.

Toujours dans cette région, nous avons mené une activité de sensibilisation aux mesures barrière contre la covid-19 car les populations étaient totalement à l'écart des circuits et des préoccupations liées à la pandémie.

Lors d'une seconde phase, nous avons été appuyé par le gouvernement, et notamment par le Premier Ministre, feu Amadou Gon Coulibaly, ce qui a permis de recréer dans ces provinces une relation de confiance avec les autorités gouvernementales.

Au cours du mois d'octobre l'association et allée à la rencontre des jeunes de Bingerville.A cette occasion j'ai pu échanger avec les leaders des jeunes des différents quartiers de Bingerville pour les convaincre d'apporter leur concours à une élection apaisée en participant activement et massivement au vote (votez pour qui vous voulez mais allez voter) afin d'éviter les violences de rue et une crise poste électorale.

Plus récemment, à Duékoué, plus de 700 femmes se sont rassemblées à l'appel de notre association Idées de Paix pour promouvoir le vivre-ensemble et plaider pour une élection apaisée.

Véritables messagères de paix, elles ont exprimé leur volonté d'être des actrices des futurs élections dans leurs environnements personnels et associatifs, de faire en sorte d'éviter toute crise, et tout risques de débordement, consécutivement aux élections du 31 octobre.

Ne ressentez-vous pas un sentiment d'échec face à la résurgence des tensions socio politiques à l'approche de l'élection présidentielle du 31 octobre 2020 ?

Je reste quelque peu pessimiste, mais je crois à la bonne volonté des femmes qui se sont engagées massivement à être des gardiennes de la paix. Je crois aussi dans cette jeunesse consciencieuse, en tous ces jeunes qui sont désormais les ambassadeurs de la paix dans les quartiers sensibles ou nous sommes allés à leur rencontre.

Par ailleurs, nous avons aussi la preuve que nos actions , nos paroles de bienveillance de dialogue et de vivre ensemble, portent et reçoivent un accueil favorable, car lors des tensions récentes et des violences de rues qui ont eu lieu au mois de septembre sur fond d'élection présidentielles, les jeunes des villes où nous étions intervenus sont restés en marge de ce mouvement de contestation.

L'échec, s'il faut parler d'échec, ne vient pas de la société civile, mais bien de la parole politique, des hommes et des femmes acteurs politiques, acteurs de cette politique. Les populations n'ont plus confiance dans la parole politique.

Par bonheur, les associations non partisanes, comme Idées de Paix, ont su renouer des relations de confiance entre les populations, ce qui plaide plus encore en leur faveur, comme intermédiaire porteur d'une parole crédible.

Représentante de la société civile, quelle appréciation faite vous de l'appel à la désobéissance civile lancé par la plateforme de l'opposition pour s'opposer au 3ème mandat du président de la république sortant, Alassane Ouattara ?

La plateforme de l'opposition qui a lancé des messages va-t'en guerre irresponsable se situe dans la lignée de ces politiques dont la parole manque de crédibilité.

Certaines populations encore très fragile et défavorisée sont prêtes à croire leurs promesses, flatteurs irresponsables qui manipulent leurs enfants, alors qu'ils ont pourtant déjà démontré leur totale incapacité à prendre en compte leurs préoccupations essentielles et à faire le bonheur des ivoiriens.

Le décès brutal du Premier Ministre SEM Amadou Gon Couliblaly, candidat incontesté du parti présidentiel (RHDP) a obligé le Président de la République en exercice, le Président Alassane Ouattara, à prendre une décision qu'il n'était objectivement pas prêt à prendre.

En donnant la priorité à la nation ivoirienne plutôt qu'à sa propre tranquillité et au bénéfice du devoir accompli, il a pris ses responsabilités de chef d'état et de chef de la majorité présidentielle.

Je l'ai déjà dit, ce mandat ne satisfait pas pleinement la républicaine que je suis. Cependant il nous faut admettre que les 10 années qui viennent de s'écouler ont été les plus profitables pour la Côte d'Ivoire depuis feu Houphouët Boigny, sur le plan international, économique et social, même si l'on peut toujours regretter la persistance d'inégalités profondes entre différentes régions du pays.

Quelles sont les recommandations de « Association Idées de paix » à l'endroit des politiques, à moins de 3 jours de l'élection présidentielle, pour résoudre la crise pré-électorale et éviter à la Côte d'Ivoire un 2010 bis ?

Pour la crise pré-électorale il est peut-être un peu tard. En effet ce n'est pas à 3 jours des élections que l'on pourrait changer quelque chose, si tant est que cette crise pré-électorale ait un réel fondement.

En effet, tout ce bruit fait penser à des manœuvres pour conquérir des positions en vue des potentielles négociations post électorales... Créer de l'agitation pour mieux se placer après, fusse au prix du sang de jeunes inconscients.

A trois jours des élections l'association Idées de Paix appelle tous les électeurs à faire barrage à la violence en allant voter massivement, pour le candidat de son choix. S'exprimer démocratiquement dans les urnes le samedi 31 octobre c'est, sans nul doute, épargner des vies.

Quelque soit le futur Président de la république de Côte d'Ivoire, il devra faire entrer notre pays entièrement dans le 21° siècle au sein des grandes nations démocratiques. En effet, les Ivoiriens n'accepteront plus d'assister impuissants aux dérives ethniques qui anéantissent toute démarche républicaine.

Le prochain mandat doit donner toute sa place à la société civile, ne plus être l'émanation d'un clan ou d'une ethnie, mais être totalement inclusif et refléter l'image de la nation ivoirienne dans toutes ses composantes.

Quel est votre message aux ivoiriens en général et plus particulièrement aux populations de l'ouest, votre région natale, pour des élections apaisées et sans conflit en Côte d'Ivoire ?

Le message de l'association Idées de Paix ne s'adresse pas prioritairement aux populations de l'ouest mais à l'ensemble de la population ivoirienne, toutes ethnies confondues, qui doivent tous devenir des ambassadeurs de bonne volonté pour le vivre ensemble, pour une élection apaisée.

Chaque citoyen ivoirien, chaque électeur ivoirien, doit pouvoir aller s'exprimer pour le candidat de son choix en mettant son bulletin dans l'urne. Mettre son bulletin dans l'urne c'est à mon sens, et à coup sur, le meilleur moyen de sauver des vies.

Concernant la région de l'Ouest, plus précisément à Duékoué et dans le Guémon, je compte sur ces femmes qui ont répondu massivement à l'appel de l'association Idées de Paix pour poursuivre la sensibilisation dans leur différentes zones en guidant leurs enfants et époux dans une démarche de paix constructive, comme l'a si bien dit notre regretté père de la nation Félix Houphouët-Boigny « La paix ce n'est pas un vain mot c'est un comportement ».

Que chaque citoyen ivoirien soucieux du bien-être du pays, soucieux de l'intérêt commun, adopte une démarche de paix afin de garantir à notre pays, la Côte d'Ivoire, un avenir durable. Pour que vive la Côte d'Ivoire, vive la paix, et vivent les Ivoiriens en paix.

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.