Algérie: Amendement/ constitution - Plus de 24 millions d'électeurs appelés aux urnes ce dimanche

Photo d'archives

Alger — Plus de 24 millions d'électeurs sont appelés aux urnes dimanche prochain pour se prononcer, par référendum, sur le projet d'amendement de la Constitution dans un contexte particulier marqué par la propagation de la pandémie de Covid-19.

A ce titre, et compte tenu de cette crise sanitaire, l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) a élaboré un protocole sanitaire spécial pour le référendum pour prévenir les risques de propagation de l'épidémie.

Validé par le Comité scientifique de suivi de l'évolution du Covid-19, ce protocole fixe les étapes régissant l'organisation du référendum.

A titre d'exemple, l'accès à l'intérieur du bureau de vote n'est autorisé que pour deux ou trois personnes à la fois et un dispositif de désinfection sera mis en place.

Comme lors de l'élection présidentielle du 12 décembre 2019, l'organisation et la gestion du référendum sur le projet d'amendement de la Constitution relèvent des prérogatives de la seule l'ANIE qui a vu son statut et ses missions constitutionnalisés dans le projet de révision de la Constitution.

Le président de l'Autorité, Mohamed Charfi, a assuré que toutes les conditions sont réunies pour assurer "la transparence et l'impartialité" du référendum.

"Nous aurons la possibilité de suivre en direct le scrutin grâce au réseau de visioconférence mis en place à cette occasion, ce qui nous permettra une plus grande réactivité et une prise en charge immédiate d'éventuels problèmes qui peuvent se poser le jour du scrutin", a-t-il précisé.

Le chef d'état-major de l'Armée nationale populaire, le général de corps d'armée Saïd Chanegriha, a instruit la Gendarmerie nationale, en coordination avec les autres corps de sécurité, de prendre toutes les mesures pour la sécurisation des centres et bureaux de vote, à travers les différentes régions du pays.

L'amendement de la Constitution constitue un des principaux engagements électoraux du président de la République, M. Abdelmadjd Tebboune.

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a affirmé, pour sa part, que le projet d'amendement de la Constitution vient "parachever le processus d'édification de l'Etat national" et s'est dit "convaincu" que le peuple algérien "apportera son soutien à ce projet qui répond à ses aspirations".

Il a ajouté que le projet se veut surtout "une rupture avec la corruption et avec ceux qui ont voulu détruire la nation".

Le projet d'amendement de la Constitution, élaboré par un groupe d'experts en Droit constitutionnel, sur la base de 5.018 propositions d'amendement émanant de différentes franges de la société, de personnalités nationales et de forces politiques, a été adopté le 6 septembre en Conseil des ministres, avant de recevoir l'approbation des deux chambres du Parlement, successivement le 10 et le 12 du même mois.

Elu le 12 décembre 2019 à la magistrature suprême, le président Tebboune avait indiqué que les principaux contours de l'amendement de la Constitution portaient sur la limitation du renouvellement du mandat présidentiel à une seule fois, la réduction des prérogatives du président de la République, pour prévenir les dérives autocratiques, la séparation et l'équilibre des pouvoirs.

Le projet d'amendement de la Constitution comprend six axes. Il s'agit des "droits fondamentaux et libertés publiques", du "renforcement de la séparation et de l'équilibre des pouvoirs", de "l'indépendance de la justice", de "la Cour constitutionnelle", de la "transparence, prévention et lutte contre la corruption" et de "l'Autorité nationale indépendante des élections".

Le président Tebboune avait indiqué que le référendum sera suivi d'une révision du code électoral devant assurer "les garanties de régularité des élections pour la préservation de la volonté populaire" et favoriser "l'émergence d'une nouvelle génération d'élus sur la scène politique".

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.