Gambie: Un ancien détenu de Mile II témoigne de la mort de Manlafi Corr et d'autres prisonniers

30 Octobre 2020

Alieu Lowe, un proche de Ndure Cham, a témoigné hier devant la Commission Vérité, Réconciliation et Réparations et a fait une révélation concernant le décès de Manlafi Corr, Ebou Lowe, Alieu Ceesay, Alpha Bah ainsi que de sept autres personnes à la prison centrale de Mile 2 lors de sa période d'incarcération.

Natif de Badibou Ngayen Angalleh et résidant présentement a Fajikunda, Lowe avait été accusé de participation dans la tentative de coup d'état de Ndure Cham en 2006 et détenu au quartier général de l'Agence Nationale de Renseignements et ensuite à la prison de Mile 2.

Expliquant la nature de son implication avec Ndure, il a déclaré que Ndure lui a donné rendez-vous un soir à Gunjur parce qu'il s'était passé quelque chose que lui (Ndure) avait du mal à comprendre.

" A mon arrivée, il m'a demandé de partir avec lui car un coup d'état se préparait. Je l'ai emmené à Brikama et je suis rentré à la maison. Il m'a appelé vers 2 heures du matin et m'a donné rendez-vous à Farato. Je me suis donc rendu à Farato. Il m'a alors demandé d'écouter sa conversation téléphonique s'il devait passer un coup de fil à une personne.

Il a déclaré à la Commission que son implication avec Ndure a été la cause de son arrestation et de sa détention pendant 3 jours dans une petite cellule au quartier général de l'Agence Nationale de Renseignement.

En ce qui concerne leur alimentation, il a dit que les détenus devaient se contenter des restes de repas, sans être autorisés à prendre un bain. Il a donc subi de graves sévices corporels.

Il a ajouté qu'il a été transféré à Mile 2 trois jours après à 17 heures sans être traduit devant le tribunal.

"Aussitôt que nous sommes arrivés à Mile 2, nous avons été escortés au bureau de l'ex-Directeur des Prisons David Colley pour l'enregistrement des noms et avons été ensuite remis à un gardien de la prison qui nous a enfermés au quartier de haute sécurité. Plusieurs soldats ont été emmenés plus tard pour notre surveillance."

"Il a déclaré qu'il était enfermé dans sa cellule toute la journée, sauf pour quelques minutes données aux prisonniers pour qu'ils puissent prendre un bain. La nourriture était de mauvaise qualité et impropre à la consommation humaine.

Apres avoir passé trois semaines à Mile 2, il a été ramené de nouveau au quartier général de l'Agence National de Renseignements par des agents qui l'ont ensuite torturé à 3 heures du matin avant d'être reconduit en prison. Il a révélé que plusieurs prisonniers ont subi des blessures tandis que d'autres ont succombé des actes de torture dont ils ont été victimes.

" Les soldats impliqués dans la tentative de coup d'état ont été traduits en justice tandis que l'accès au tribunal m'a été refusé. J'ai été enfermé à Mile 2 pendant 5 ans, et ce, sans charge, ni autorisation de visite des membres de ma famille."

"Plus tard, je me suis attaché les services d'un avocat. C'est alors que les autorités m'ont présenté un acte d'accusation et j'ai pu comparaitre devant le tribunal. J'ai été accusé de trahison pour ma participation présumée à la tentative de coup d'état de 2006. J'ai comparu devant le Juge Enkiyank à la Cour de Haute Instance de Banjul. J'ai été reconnu coupable et condamné à une peine de 20 ans de prison. Mon avocat a voulu faire appel de cette condamnation mais j'ai refusé."

Il a déclaré à la Commission qu'il était autorisé à recevoir des visites une fois par mois lors de son séjour en prison. Par la suite, il a bénéficié d'une amnistie de la part de l'ancien Président Yahya Jammeh après avoir passé 9 ans et 9 mois en prison.

Il a affirmé que la somme d'un montant de 16.000 dalasis et un téléphone portable avaient été dérobés par le directeur de l'administration fiscale de la Gambie élu nouveau président de l'administration ouest-africaine.

A La Une: Gambie

Plus de: The Point

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.