Kenya: Covid-19 - Le PAM vient en aide aux familles touchées par la crise du tourisme

30 Octobre 2020

Si la situation sanitaire du coronavirus est moins dramatique en Afrique que dans certaines régions du monde, les conséquences économiques sont toutefois « terribles » dans plusieurs pays du continent. Au Kenya par exemple, le secteur du tourisme est pratiquement à l'arrêt.

C'est dans ce contexte que le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies, en partenariat avec les autorités nationales et locales, a lancé, ce vendredi, des opérations de transferts en espèces pour 24.000 familles vivant dans des habitats urbains informels de la ville de Mombasa.

Il s'agit d'une aide pour des familles vulnérables dont les moyens de subsistance ont été perdus par l'impact de la pandémie du coronavirus.

Les lecteurs peuvent trouver des informations et des conseils sur le nouveau coronavirus (2019-nCoV) fournis par l'Organisation mondiale de la santé et les agences des Nations Unies ici. Pour les nouvelles quotidiennes d'ONU Info, cliquez ici.

Avec une contribution du Bureau d'assistance humanitaire de l'USAID, le PAM a pu venir ainsi en aide à 96.000 personnes.

Une fois par mois, chaque famille sélectionnée recevra 4.000 shillings kenyans (40 dollars). Ce qui suffira à couvrir la moitié des besoins mensuels en nourriture et en nutrition d'une famille de quatre personnes.

L'argent et le soutien nutritionnel supplémentaire pour les femmes et les enfants seront fournis pendant un trimestre.

Un tel soutien reste une véritable bouffée d'oxygène pour des populations, qui ont pratiquement « perdu leurs moyens de subsistance ou ont vu leurs revenus réduits à cause de la pandémie ».

51.851 cas confirmés de Covid-19 dont 950 décès

Dans un comté comme celui Mombasa, l'Agence onusienne rappelle que « le tourisme était la principale source de revenus avant la pandémie ».

« En raison de la hausse des infections à Mombassa, la plupart des entreprises du secteur touristique ont été contraintes de réduire leurs effectifs et de nombreuses entreprises ont soit fermé entièrement, soit lutté pour se maintenir à flot », a déclaré Tomson Phiri, porte-parole du PAM lors d'un point de presse à Genève.

Selon l'agence onusienne, le comté de Mombasa représente 12% du nombre de cas de Covid-19 au Kenya - le deuxième plus grand nombre après la capitale kenyane, Nairobi.

Selon un bilan établi vendredi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Kenya recense au moins 51.851 cas confirmés de Covid-19 dont 950 décès.

Avec 4.594 nouveaux cas au cours de la semaine dernière (85 nouveaux cas pour 1 million d'habitants), soit une augmentation de 51% par rapport à la semaine précédente, le Kenya se classe désormais au deuxième rang des pays africains pour le nombre de nouveaux cas, derrière l'Afrique du Sud.

Selon l'OMS, le pays a ainsi connu une hausse « spectaculaire depuis la semaine du 28 septembre, où seuls 1.000 nouveaux cas ont été signalés ».

« La Covid-19 a causé des souffrances indicibles »

Le PAM estime que les restrictions de voyage et les mesures de semi-confinement partielles prises pour contenir la propagation du coronavirus ont « porté (aussi) un coup dévastateur à l'économie » kenyane.

La pandémie a particulièrement affecté les familles de la côte qui dépendaient de l'emploi quotidien informel pour gagner de l'argent directement ou indirectement de l'industrie du tourisme.

« L'aide du PAM complète ainsi d'autres programmes de protection sociale gérés par le gouvernement national et les administrations des comtés.

Ensemble, nous pouvons éviter une crise de la faim et de la nutrition parmi les communautés pauvres vivant dans les zones urbaines », a-t-elle ajouté.

Plus largement, l'agence onusienne travaille en partenariat avec le ministère de la santé et le gouvernement du comté de Mombasa pour soutenir le traitement de la malnutrition chez 6.000 enfants et femmes de la ville. Le PAM distribuera une pâte nutritive à base d'arachides pour les enfants et de la farine enrichie pour les mères souffrant de malnutrition.

Plus de 1,7 million de Kenyans ont perdu leur emploi

Pour les autorités provinciales kenyanes, cette aide contribuera grandement à amortir les nombreuses familles en détresse à la suite à la perte de revenus due aux restrictions de la Covid-19.

« Étant donné que la Covid-19 sera probablement avec nous pendant un certain temps, nous saluons toutes les initiatives qui peuvent alléger le fardeau des groupes vulnérables », a fait valoir, Hassan Ali Joho, gouverneur du comté de Mombasa.

Outre Mombassa, l'agence onusienne est également engagée dans les quartiers informels de Nairobi. Dans cette partie de la capitale kenyane, le PAM est sur le point d'atteindre plus de 70.000 familles grâce à des transferts mensuels en espèces. Il distribue également des produits nutritionnels à 21.000 personnes.

Cette aide soulage les souffrances économiques des habitants des bidonvilles surpeuplés qui vivaient déjà au jour le jour, en se reposant principalement sur le travail occasionnel, avant que la pandémie de Covid-19 ne frappe et qu'ils ne perdent leurs revenus.

A noter que le 1er septembre dernier, le Bureau national des statistiques kenyan a estimé que pas moins de 1,7 million de Kenyans avaient perdu leur emploi dans le pays. Le taux de chômage a doublé pour atteindre 10,4%, contre 5,2% en mars, lorsque les premiers cas de Covid-19 ont été signalés.

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.