Algérie: La Révolution du 1er novembre, aboutissement des mouvements de révolte depuis 1830

Alger — La Révolution du 1er novembre 1954 contre la colonisation française était l'aboutissement des mouvements de révolte qui ont débuté dès le débarquement des armées françaises en Algérie en 1830, a affirmé l'historien français, Gilles Manceron.

Le déclenchement de la lutte armée le 1er novembre 1954 était "l'aboutissement de plusieurs mouvements de révolte contre la domination coloniale française, lesquels ont commencé dès le débarquement des armées françaises en 1830", a déclaré à l'APS Gilles Manceron.

"La répression massive qui s'est produite dans le Nord-Constantinois en mai-juin 1945, et qui a fait des dizaines de milliers de morts, a montré aux Algériens qui souhaitaient, au lendemain de la seconde guerre mondiale, participer au mouvement général d'émancipation des colonies, que les autorités françaises ne laissaient d'autre issue aux partisans de la conquête de libertés démocratiques que la voie de la lutte armée", a-t-il relevé.

Une victoire de lutte des maquis, de la population et de la diplomatie

Cette lutte armée, a-t-il noté, a été déclenchée le 1er novembre 1954 par des jeunes algériens ayant fondé le Front de libération nationale (FLN) et abouti à l'indépendance de l'Algérie en 1962, "une victoire politique au terme d'une lutte des maquis, de la population civile et de la diplomatie".

Il a fait observer que le FLN a accompagné "l'émergence d'un sentiment national qui s'est affirmé au fil de la guerre de libération nationale, en raison de la généralisation, par le colonialisme, de la répression des populations algériennes".

Il a cité aussi l'ouverture par le FLN d'un nouveau front en France en 1958 et qui a été une motivation supplémentaire pour "les combattants des maquis (Moudjahidine) qui étaient en position difficile face à une armée française plus nombreuse et bien équipée", mais aussi "la participation massive de l'immigration algérienne de la région parisienne aux manifestations du 17 octobre 1961 qui a accéléré la décision des autorités françaises de reconnaître l'indépendance de l'Algérie".

"C'est une question essentielle, car on ne peut dépasser les affrontements hérités de la période coloniale qu'en établissant les réalités de son histoire, ce qui implique le libre accès aux archives sans les restrictions imposées", a-t-il dit, soulignant que "cette bataille pour l'ouverture des archives françaises concerne aussi bien les historiens français qu'algériens".

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.