Cote d'Ivoire: Le pays sous tension après la présidentielle

Henri Konan Bédié et Pascal Affi N’Guessan
2 Novembre 2020

Les violences signalées dans plusieurs villes après l'élection du 31 octobre ravivent la peur d'une crise post-électorale, dix ans après celle de 2010-2011.

"Personne n'est à Toumodikro. Les gens ont déserté. C'est la peur. On a peur pour la suite."

Alors que la Côte d'Ivoire attend les résultats de la présidentielle du 31 octobre, la peur a gagné plusieurs localités du pays.

Affrontements communautaires à travers le pays

Au lendemain du scrutin, des affrontements communautaires ont eu lieu dans plusieurs localités de Côte d'Ivoire. Dans la ville de Toumodi, dans le centre du pays, Hervé N'Guessan explique l'ampleur des dégâts.

"À partir de la gare de Kankro jusqu'à une distance de deux cent à trois mètres, toutes les cours ont été incendiées, dont celle de mes parents. Le village a été déserté. Les dégâts matériels sont énormes. Actuellement, nous sommes en train de faire des démarches pour pouvoir enterrer les quatre personnes calcinées."

Même ambiance de désolation à Sikensi dans le sud, à Tai, dans le sud-ouest, et à Tiébissou, dans le centre du pays.

Dans ces villes, on a enregistré plusieurs décès, des blessés et la destruction de nombreux biens.

À Abengourou, dans l'est du pays, après les affrontements du week-end, l'heure est à la négociation pour une réconciliation entre les communautés.

"La situation était tellement compliquée ici. Il y a des pertes en vies humaines, des incendies de maisons, des blessés qui sont à l'hôpital", raconte Isidore Tiémelé, un habitant de la ville. "Les parents se sont réunis ce matin pour trouver une solution et faire une réconciliation pour la paix."

Le calme de retour à Blockhauss

Abidjan n'a pas été épargnée par ces affrontements liés à l'élection présidentielle. Dans le village de Blokhaus, dans la commune de Cocody, les affrontements ont opposé les jeunes du quartier aux forces de l'ordre.

Lundi matin, lors de notre passage, le calme toutefois était revenu. Romain Koutouan est notable à la chefferie du village.

"Samedi il y a eu des incompréhensions entre la jeunesse de Blokhauss et les forces de l'ordre. Et cela a dégénéré. Il y a eu deux blessés du côté des jeunes. Mais la vie a repris aujourd'hui. Les véhicules circulent et les magasins sont ouverts."

Karim est l'une des victimes de ces affrontements à Blokhauss. Son magasin a été touché par un projectile alors qu'il se trouvait à l'intérieur.

"L'impact est venu taper la porte de mon magasin. C'est ce qui a fait ce trou-là. Ça a été une chance pour moi, parce que j'étais à l'intérieur. Donc imaginez si j'avais été devant. Avec le trou que ça a fait sur la porte, si ça touchait quelqu'un il risquait d'y avoir mort d'homme."

Le spectre des violences de 2010 plane encore

Depuis l'annonce de la candidature controversée du président Alassane Ouattara, les manifestations se sont transformées en affrontements communautaires dans plusieurs localités du pays.

En attendant les résultats de l'élection présidentielle, de nombreuses personnes ont quitté leur maison pour aller se mettre à l'abri dans un lieu plus clame.

Les populations ivoiriennes ont encore en mémoire le souvenir de la crise post-électorale de 2011 qui a fait officiellement 3.000 morts.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.