Maroc: La contractualisation entre l'État et les régions, clé de voûte pour la mise en œuvre de la régionalisation avancée (M. Laftit)

Rabat — La contractualisation entre l'État et les régions demeure la clé de voûte pour la mise en œuvre de la régionalisation avancée, ainsi qu'un nouveau modèle de gouvernance et un mécanisme pour concrétiser les principes de convergence, a affirmé mardi à Rabat le ministre de l'Intérieur, Abdelouafi Laftit.

"Conscient de l'importance de la phase de mise œuvre de la régionalisation avancée, le département de tutelle a veillé sur la poursuite de l'application de ce chantier structurel et sur la consécration des mécanismes de développement territorial conformément aux principes d'intégration, de partenariat, d'efficacité et de durabilité, de telle sorte que la contractualisation entre l'État et les régions est devenue la clé de voûte pour la mise en œuvre de ce projet et un mécanisme pour la concrétisation des principes de convergence et de coordination", a-t-il souligné lors de sa présentation du projet de budget du ministère de l'intérieur au titre de l'année budgétaire 2021 devant la Commission de l'intérieur, des collectivités territoriales, de l'habitat et de la politique de la ville à la Chambre des représentants.

Cette contractualisation constitue une réelle opportunité pour formuler des programmes communs, basés sur une vision intégrée et compatible à même d'assurer une harmonie et une complémentarité entre les visions des régions en matière de développement et la stratégie nationale de développement, a relevé M. Laftit.

Ainsi, afin de permettre aux Conseils des régions de mettre en place des Schémas régionaux d'aménagement du territoire (SRAT), le ministère de l'Intérieur a accompagné les conseils à travers l'étude des différents schémas et la mise en place d'un guide méthodologique portant sur la procédure d'élaboration du SRAT, a précisé le responsable gouvernemental, notant que le département a notifié les décisions prises concernant les projets des schémas régionaux des conseils des régions de Fès-Meknès, Dakhla-Oued Eddahab, Guelmim-Oued-Noun, tandis que les schémas des autres régions sont en cours d'élaboration et d'examen.

Abordant les programmes de développement intégré des trois régions du sud au titre de l'année 2020, M. Laftit a souligné que le ministère de l'intérieur a décidé de transférer les contributions financières prévues au titre des accords de partenariats concernant les trois régions du sud pour une enveloppe budgétaire totale de 77 milliards de dirhams, alloués pour la mise en place de quelque 717 projets.

Le ministre a également évoqué le programme de réduction des disparités en milieu rural (2016-2022), soulignant que compte tenu de la situation exceptionnelle que connaît le Royaume et son impact sur l'activité économique, le budget alloué au programme a connu une diminution significative.

Abordant les programmes de mise à niveau urbaine, le ministre a indiqué que pour généraliser l'approvisionnement du monde rural en eau potable, 92 millions de DH ont été affectés de la part des collectivités territoriales au titre de la TVA, dont 30 millions pour des projets supervisés par les collectivités elles-mêmes et 56 millions dédiés à des projets menés en partenariat entre les collectivités territoriales et l'ONEE. Il s'agit notamment du financement de projets d'approvisionnement en eau dans les provinces de Settat et de Meknès, ainsi que les préfectures de Tanger, de Tétouan et d'Al Hoceima.

Dans le souci d'atténuer l'impact de la sécheresse dans plusieurs régions, le responsable a indiqué qu'il a été procédé en mai dernier à la mise en œuvre d'un programme d'urgence visant à répondre aux besoins de la population en mettant notamment à disposition des camions citernes. Ce programme a bénéficié à environ 2,4 millions de personnes réparties sur près de 7.590 centres et douars dans 66 provinces et préfectures, a-t-il précisé, notant que 242 millions de DH ont été mobilisés dans le cadre du budget de l'État pour le financement de ce programme jusqu'à fin octobre.

Il a ajouté que pour accompagner la réalisation des projets d'électrification rurale, un total de 56 demandes de financement émanant de collectivités ont été examinées jusqu'en août 2020, soit l'équivalent de 5,6 millions de DH.

Selon M. Laftit, ces efforts ont permis de relier 1780 foyers au réseau électrique au niveau de 63 douars (38 communes) répartis sur 18 provinces, portant ainsi à 99,75 % le taux de couverture électrique dans les zones rurales jusqu'à fin juin dernier.

En outre, quelque 11.250 foyers répartis sur 423 douars ont été programmés, ce qui permettra la mise en œuvre les projets prévus à cet égard en vue d'atteindre un taux de couverture électrique de 99,80%, a-t-il conclu.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X