Maroc: La relance du secteur touristique, un brin d'espoir pour les professionnels et les autochtones

Marrakech — Avec l'arrivée des premiers touristes étrangers, signe rassurant d'une relance progressive de l'activité touristique à Marrakech, les professionnels du secteur comme les habitants de la cité ocre ne cessent, depuis, de nourrir un brin d'espoir et d'optimisme pour un demain qui ne pourrait être que meilleur.

"Après de longs mois d'inactivité en raison du confinement sanitaire décrété par les autorités compétentes pour enrayer la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus, l'arrivée des premiers touristes sur le sol du Royaume plus précisément à Marrakech, et la réouverture de certains établissements hôteliers donnent de l'espoir à toutes les composantes du secteur au niveau national", a estimé Mme Soumia Samba, femme d'affaires dans le domaine touristique, dans une déclaration à la MAP en marge de la réouverture de l'Hôtel & Riyad Le Naoura- Barrière à Marrakech.

"C'est un signal fort et une fenêtre d'opportunité qui s'ouvre, désormais, pour une réflexion profonde et engagée sur la résilience d'un secteur qui joue un rôle stratégique et croissant comme levier de développement dans le pays", a relevé Mme Samba, qui a souligné, dans ce sens, l'impératif de repenser une industrie de voyage et de l'hospitalité qui serait encore plus performante, plus inclusive et plus durable.

"Le tourisme doit être durable, l'économie doit être durable, le social doit être aussi durable", a-t-elle préconisé, estimant dans la même lignée qu'"en s'inscrivant dans cette optique et cette vision, nous allons aller plus loin que ce qu'on espère".

"Je suis en train de travailler sur des projets écotouristiques dans la région d'Agafay, des projets qui s'intègrent justement dans le tourisme durable", a indiqué cette femme d'affaires qui est rentrée au Maroc après une longue expérience à l'étranger, convaincue que le futur appartient à ceux qui "croient à la chance qu'ils ont, celle d'être au Maroc".

Cette lueur d'espoir est partagée par Abdelaziz Rghioui, Directeur du Centre de formation et de qualification dans les métiers de l'artisanat de Marrakech, qui a souligné que la relance du secteur touristique "donne l'espoir au secteur de l'artisanat dans la cité ocre, qui constitue un puissant levier économique au niveau de la région Marrakech-Safi dans la mesure où, il arrive en deuxième position après l'agriculture".

Faisant savoir que le secteur de l'artisanat a subi de plein fouet les conséquences lourdes engendrées par la crise sanitaire induite par le nouveau coronavirus (Covid19), l'ancien directeur régional de l'artisanat, a relevé que le secteur a connu récemment "une certaine reprise", mais la situation "reste difficile" pour une filière très vitale et dont, la contribution au tissu économique local est si essentielle.

"L'importance de l'Artisanat se reflète notamment dans le nombre des entreprises artisanales, dont 75 unités structurées, et le pourcentage que représentent les artisans dans la population active employée et qui est de près de 50% à Marrakech", a expliqué M. Rghioui.

Dans un secteur où l'économique et le social se croisent et interagissent, "les répliques du séisme" qui a frappé le tourisme ont été ressenties jusqu'au milieu des coopératives, qui ont lutté pour maintenir les emplois des personnes issues des catégories sociales les plus défavorisées.

"La fermeture des établissements hôteliers a pesé lourdement sur l'écoulement de produits agricoles des coopératives, qui constituent une source de revenu pour plusieurs familles, notamment dans des zones rurales défavorisées", a relevé, pour sa part, Mme Fatiha El Jazouli, présidente de la Coopérative féminine agricole "Amasnighrem".

"Après la relance de l'activité touristique et la réouverture des hôtels, nous avons commencé à recevoir des commandes régulières de fruits et légumes "bio" et ce, au grand bonheur des agriculteurs et agricultrices qui ont passé des mois difficiles", s'est félicitée Mme El Jazouli, qui s'est dite optimiste quant à l'avenir du secteur.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X