Afrique: Observations préliminaires du Directeur général de l'OMS à la réunion du Groupe consultatif technique d'experts de la santé et de la nutrition chez la mère, le nouveau-né, l'enfant et l'adolescent

Chers collègues et amis,

Je suis heureux de vous accueillir à la deuxième réunion du STAGE [Groupe consultatif technique d'experts de la santé et de la nutrition chez la mère, le nouveau-né, l'enfant et l'adolescent], qui accueillera les premiers débats stratégiques et techniques du Comité.

J'aimerais saluer les efforts supplémentaires consentis pour accomplir notre travail en ces temps difficiles. Je vous en suis reconnaissant.

Vous apportez des compétences et des connaissances précieuses en matière de systèmes et de politiques de santé, et une expérience concrète des problèmes que pose la mise en œuvre de programmes efficaces pour les femmes et les enfants.

Ces atouts sont particulièrement importants face à la pandémie de COVID-19. Même les systèmes de santé solides ont eu du mal à faire face à l'afflux massif de patients.

On dénombre aujourd'hui plus de 45 millions de cas dans le monde et plus de 1,1 million de décès.

Les pays dont le système de santé est fragile ont besoin d'une aide particulière, à la fois financière et programmatique.

Même quand tout va bien, beaucoup de pays éprouvent des difficultés et ne parviennent pas à empêcher des décès pourtant évitables chez les femmes et les enfants.

Nous voulons que nos enfants se développent et se portent bien, sur les plans nutritionnel, émotionnel et physique.

Pour cela, ils doivent pouvoir grandir dans un foyer sain et heureux et être soignés dans un système de santé qui fonctionne.

J'ai eu l'occasion de discuter des travaux du STAGE avec sa présidente, la Professeure Caroline Homer, notamment des recommandations proposées par les groupes de travail. Notre échange a été très fructueux.

Le premier groupe s'est attaché à étudier les facteurs propices à la résilience des systèmes de santé.

L'actuelle pandémie a montré dans quel chaos se fait la collecte d'informations sur la perturbation des services de santé essentiels et les stratégies de parade adoptées par les pays.

Je suis content que ce groupe se soit concentré sur les moyens d'améliorer les mécanismes de coordination lors des crises extérieures.

Le deuxième groupe a étudié comment améliorer le processus d'application des lignes directrices de l'OMS dans les pays. Ses travaux viennent fort à propos.

Nous devons veiller à ce que les pays adaptent et adoptent ces recommandations fondées sur des preuves scientifiques.

J'ai hâte de vous entendre plus longuement sur ce sujet, notamment sur les structures qui, au niveau régional et au niveau des pays, peuvent faciliter ce processus.

Le troisième groupe de travail étudie comment améliorer le statut nutritionnel des femmes et des enfants.

Je suis très heureux d'apprendre que ce groupe s'intéresse aussi à la tranche d'âge du milieu, les enfants de 5 à 9 ans, jusqu'à présent oubliée.

Tous ces travaux cadrent bien avec le choix de l'OMS de mettre davantage l'accent sur la survie et le développement et avec la refonte des programmes de santé de l'enfant.

J'attends avec intérêt vos débats et vos recommandations définitives.

J'aimerais aussi souhaiter la bienvenue à tous nos partenaires : les entités des Nations Unies, les partenaires bilatéraux, les fondations, les organisations de la société civile et les réseaux universitaires.

Nous comptons sur votre soutien sans faille.

Une fois de plus, je tiens à remercier la Présidente pour la qualité de sa direction et pour la discussion que nous avons eue. La tâche est ardue, mais je ne doute pas que vous la mènerez à bien.

Je fais partie des contacts d'une personne contaminée, voilà pourquoi je travaille chez moi, et je m'y fais.

Je souhaite que vos débats soient fructueux.

Je vous remercie.

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.