Afrique de l'Ouest: UEMOA - Le taux de bancarisation élargi est ressorti à 39,7% en 2019

Avec la prise en compte des utilisateurs des services de microfinance, le taux de bancarisation élargi (Tbe) de l'Union est ressorti à 39,7% en 2019 contre 38,3% en 2018, soit une hausse de 1,4 point de pourcentage. L'information est de la Bceao dans son rapport annuel sur la situation de l'inclusion financière dans l'Uemoa au titre de l'année 2019.

Selon l'institut d'émission, elle est expliquée par la faible progression du taux d'utilisation des services de microfinance, qui est ressorti à 21,7% en 2019 contre 21,1% en4 2018. La Bceao souligne que le taux le plus élevé a été enregistré au Togo (78,5%), suivi du Bénin (72,2%), du Sénégal (52,0%) et du Burkina (43,4%).

Les performances enregistrées dans ces pays au niveau du secteur de la microfinance s'expliquent notamment par les politiques et les programmes de développement, qui ont été mis en place au cours des dernières années.

Ces politiques ont permis aux populations, traditionnellement exclue du système bancaire, de bénéficier des services financiers.

Le Niger, avec un Tbe de 16,5% en 2019, apparaît comme le pays de l'Union ayant réalisé la plus faible performance en la matière. Les évolutions les plus significatives sont observées en Guinée-Bissau (+9,5pp), au Togo5 (+5,2pp), au Bénin (+2,2pp) et en Côte d'Ivoire (+2,0pp).

Toutefois, ces performances sont relativement faibles, comparées aux évolutions observées au cours des dernières années. La restructuration du secteur de la finance décentralisée devrait davantage contribuer à la promotion d'une inclusion financière durable.

A cet égard, les opportunités offertes par les nouvelles technologies devraient permettre d'élargir l'accès des populations aux services financiers, notamment celles vivant dans les zones rurales et censées être plus proches des institutions de microfinance.

A La Une: Economie, Affaires et Finance

Plus de: lejecom

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.