Gambie: Le Gouvernement nie avoir dénoncé le soldat renvoyé de l'armée comme étant le fils d'un chef rebelle

5 Novembre 2020

Le Ministre de la Communication et des Technologies de l'Information, Ebrima Sillah, a rejeté ce mardi les accusations selon lesquelles le Gouvernement aurait dénoncé Omar Sarjo, le soldat renvoyé de l'armée, comme étant le fils de Salif Sadio, un chef rebelle de Casamance, au Sud du Sénégal.

Sarjo a déclaré à un journal local qu'il avait été démis de ses fonctions sous prétexte qu'il n'est pas Gambien et serait le fils de Salif Sadio, le chef des séparatistes du MFDC en Casamance.

Nonobstant, le Ministre de l'Information a confirmé que l'affaire Omar Sadio avait été invoquée au cours de la conférence de presse la semaine dernière sur les Reformes du Secteur de la Sécurité. Cependant, aucun membre ou haut fonctionnaire du Gouvernement n'a dénoncé Omar comme étant le fils d'un chef rebelle, a-t-il déclaré. " Personne n'a fait référence à l'identité de ses parents ou à la personne du chef rebelle Casamançais" a déclaré le Ministre de l'Information.

"Personne n'a fait référence à cela lors de notre conférence de presse et j'ignore la raison et l'origine de ces rumeurs."

Selon certaines allégations, le Gouvernement aurait exclu le Caporal Sarjo de l'armée sous prétexte qu'il est non seulement originaire du Sénégal en Casamance, mais est également un descendant du chef rebelle Salif Sadio. Ces allégations ont incité certaines sections du public à réclamer sa réintégration au sein de l'armée et des excuses publiques.

Cependant, un communiqué de presse du porte-parole des Forces Armées Gambiennes a fait une mise au point. Ce communique précise que Omar a été licencié suite aux investigations qui l'ont trouvé coupable.

Une enquête conjointe des Forces Armées Gambiennes (GAF) et des Services de Renseignement de l'Etat (SIS) conduite en 2017 n'a en aucun cas fournis des preuves qu'Omar Sarjo est en effet le fils naturel de Salif Sadio.

Cependant, l'enquête a révélé que l'ex-Caporal Omar Sarjo a été incorporé dans l'armée le 1er Juillet 2005 en tant que membre de la promotion 27A sous de faux prétextes.

Certaines découvertes ont permis de révéler que le vrai nom du Caporal Sarjo est Saikou Sarjo, qu'il a changé plus tard en Saikou Sanneh, et ce, en vue de dissimuler sa véritable identité.

Selon l'enquête conjointe, Omar Sarjo s'est servi du Certificat de Fin d'Etudes Secondaires du Premier Cycle d'un certain Omar Sarjo, qui serait son cousin et natif de Kabekel, pour son enrôlement dans l'armée.

Selon le communiqué de presse, les enquêtes ont prouvé que l'ancien caporal s'adonnait à la falsification de documents, a présenté de faux diplômes universitaires, s'est fait passer pour des tierces personnes en utilisant leurs identités biographiques et a utilisé plusieurs noms ou pseudonymes pour dissimuler sa véritable identité. Des faits et actes qui sont condamnés et punissables dans les forces armées.

Conformément au Règlement de Bonne Conduite des Forces Armées Gambiennes 1994, il a ensuite été inculpé en vertu de l'article 75 (a) pour avoir délibérément fait une fausse inscription dans un document officiel, et également en vertu de l'article 78 de la Loi sur Les Forces Armées pour conduite préjudiciable au bon ordre.

Il a finalement été renvoyé de l'armée en 2017.

Plus de: The Point

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.