Afrique: La FAO lance la Coalition en faveur de l'alimentation afin d'améliorer l'accès à la nourriture et les systèmes agroalimentaires durables

communiqué de presse

Rome — L'alliance mondiale a pour but de replacer l'Objectif Faim zéro en tant que priorité dans le contexte du COVID-19

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a lancé officiellement aujourd'hui la Coalition en faveur de l'alimentation, un instrument nouveau et utile dans le cadre de l'action concertée qu'il est nécessaire de mettre en œuvre afin d'empêcher que l'urgence sanitaire liée au COVID-19 ne provoque une crise alimentaire mondiale catastrophique.

Ce « réseau de réseaux » est une alliance volontaire multisectorielle à parties prenantes multiples, mise en place afin de soutenir les initiatives novatrices visant à assurer l'accès à la nourriture à l'échelle mondiale, à renforcer la résilience des systèmes agroalimentaires et à rendre ces systèmes plus durables. L'idée a d'abord été suggérée par le Gouvernement italien et plus de 30 pays ont déjà manifesté leur désir de rejoindre le réseau. La coalition appuiera les efforts en cours et à venir en vue de surmonter les effets perturbateurs de la pandémie et d'aider les pays à se remettre sur la voie de la réalisation des Objectifs de développement durable d'ici à 2030, en particulier l'élimination de la faim et de la pauvreté.

M. QU Dongyu, Directeur général de la FAO, a ouvert la manifestation de haut niveau organisée à distance, en compagnie de M. Giuseppe Conte, Premier Ministre de l'Italie et de Mme Carola Schouten, Vice-Première Ministre des Pays-Bas. Ces deux pays ont déjà promis et versé des ressources financières au profit de la Coalition en faveur de l'alimentation.

« Nous devons augmenter les échanges de connaissances et tirer profit des efforts mondiaux visant à promouvoir la sécurité alimentaire et la nutrition, » a déclaré le Directeur général de la FAO, qualifiant la Coalition en faveur de l'alimentation de moyen d'explorer des solutions et une pensée innovatrice.

« L'objectif est de bâtir une alliance mondiale avec un réseau de gouvernements nationaux, d'organisations internationales, de représentants de la société civile, du secteur prive afin de travailler ensemble pour une action mondiale coordonnée, » a-t-il indiqué, ajoutant que :« Nous buvons l'eau de la même rivière et profitons du soleil sous le même ciel ».

Mme Tawakkol Karman, prix Nobel de la Paix 2011, et M. Muhammad Yunus, lauréat 2006, sont également intervenus lors de la manifestation. Ils sont tous deux membres de l'Alliance FAO-Lauréats du prix Nobel de la Paix pour la sécurité alimentaire et la paix.

« Aucun leader ne devrait permettre que des gens aient faim dans un monde qui déborde de nourriture, » a déclaré Giuseppe Conte, le Premier ministre italien. « Face à la pandémie, nous devons redoubler nos efforts et renforcer notre engagement visant à aider les plus vulnérables, » a-t-il ajouté, soulignant que l'Italie ferait la promotion de la cause lors de sa présidence du G20 l'année prochaine.

« La Coalition en faveur de l'alimentation représente une opportunité de montrer notre solidarité et de rendre des solutions innovatrices, accessibles et abordables pour tous, » a déclaré de son côté Mme Schouten, ajoutant que son gouvernement saluait l'Italie pour son initiative et l'avait soutenu depuis le début.

« Le savoir est l'une des choses qui se multiplie lorsque vous le partagez. La pandémie du COVID-19 a fait de la FAO une organisation leader en matière de lutte contre la faim, encore plus qu'elle ne l'était après les dégâts de la guerre mondiale. Aujourd'hui, l'humanité n'a pas les capacités suffisantes pour éradiquer cette crise humanitaire » a-t-elle indiqué.

L'intérêt pour la Coalition en faveur de l'alimentation parmi les membres du G-20 est évident, ce qui témoigne de l'existence d'une base potentielle de ressources et de capacités de promotion pour ce qui est des connaissances spécialisées, de l'engagement politique et de la mobilisation de fonds. Les ministres du Costa Rica, d'Israël, d'Italie et du Nigéria, ainsi que les ambassadeurs de Chine et des États-Unis d'Amérique ont participé aux débats organisés à l'occasion du lancement de la Coalition.

Fonctionnement de la Coalition

Le COVID-19 risque d'entraîner jusqu'à 132 millions de personnes sous-alimentées supplémentaires à l'échelle mondiale cette année, lesquelles s'ajouteront aux 690 millions de personnes qui souffraient de la faim en 2019 - ce qui illustre bien le défi que pose la pandémie pour ce qui de l'objectif d'éradiquer la faim d'ici à 2030.

En outre, la crise sanitaire actuelle aura des effets à long terme sur la sécurité alimentaire, puisqu'elle affecte la production, la santé des agriculteurs et leur accès aux marchés, les emplois et les moyens d'existence en milieu rural, et entraîne une diminution de l'offre et de la demande en produits alimentaires dans les zones rurales comme urbaines ce qui a des conséquences négatifs sur le plan nutritionnel, a déclaré le Directeur général de la FAO, qui a souvent mis en garde contre la «frontière ténue» qui sépare de nombreux ménages de la pauvreté.

« A travers le monde, les pays doivent s'assurer que les chaines de valeur alimentaire continuent de bien fonctionner et que la main d'œuvre agricole et les pauvres consommateurs, vivant en zone rurale et urbaine, ne tombent pas sous le seuil de pauvreté, » a-t-il ajouté.

Dans ce contexte, la Coalition en faveur de l'alimentation vise à œuvrer pour une action unifiée à l'échelle mondiale face au COVID-19 et aux risques qu'elle représente pour les systèmes agroalimentaires. L'alliance comprend un fonds d'affectation spéciale et une plateforme Internet permettant aux participants d'accéder à un ensemble d'informations et de données sur les projets, ainsi qu'au financement et aux types d'assistance nécessaires pour de nombreux projets sur le terrain.

La FAO a élaboré des fiches détaillées, qui seront régulièrement mises à jour. Les domaines d'intérêt vont des politiques intégrées de protection sociale en Amérique latine, au soutien des travailleurs agricoles migrants en Asie centrale et en Europe de l'Est, en passant par le renforcement des capacités de lutte contre la résistance aux antimicrobiens en Afrique et l'utilisation renforcée des données géospatiales par la nouvelle plateforme de données de la FAO.

« Le COVID-19 nous a appris qu'il fallait renforcer la résilience des systèmes agroalimentaires, pour être à la fois prêts à réduire les risques et capables d'y faire face lorsqu'ils se présentent » a déclaré Maximo Torero, Économiste en chef de la FAO. « La Coalition en faveur de l'alimentation nous aide dans ce sens».

En juillet, la FAO a lancé le Programme d'intervention et de redressement dans le contexte du COVID-19, qui s'articule autour de sept domaines d'activité prioritaires dans l'objectif d'aider les pays à faire face aux crises immédiates déclenchées par la pandémie, mais aussi à se préparer au redressement et à la reconstruction des systèmes agroalimentaires en mieux. La Coalition en faveur de l'alimentation tirera parti du soutien politique, financier et technique de haut niveau pour permettre des actions rapides et dynamiques qui répondent aux besoins et aux demandes des pays recensés dans le cadre du Programme.

« La FAO est dotée d'une structure et d'une capacité uniques qui lui permettront de cimenter cette alliance mondiale » a déclaré Beth Bechdol, Directrice générale adjointe de la FAO. Cette dernière a fait remarquer que la FAO était en mesure de stimuler un dialogue constructif entre ses 194 membres, qu'elle entretenait des liens étroits avec de nombreux autres partenaires importants et qu'elle disposait d'un réseau de pays étendu capable d'assurer un ciblage solide et une hiérarchisation appropriée des points de vue des pays.

Le Directeur général de la FAO a affirmé qu'en favorisant le dialogue et l'échange de connaissances et de compétences techniques entre les pays et en travaillant à l'élaboration de plans d'action orientés vers la recherche de solutions, la Coalition en faveur de l'alimentation permettra d'élargir la base commune de partenariats et d'activités de promotion et d'obtenir des résultats à plus long terme. Il s'est également félicité du fait que l'initiative soit fondée sur les solutions novatrices et les partenariats intelligents et transformateurs que la FAO s'emploie à mettre en œuvre.

« L'objectif est de construire une alliance mondiale, un réseau de nations, d'organisations, de dirigeants éclairés, d'entreprises du secteur privé et d'autres réseaux, qui œuvrent ensemble pour une action unifiée à l'échelle mondiale », a-t-il ajouté. « Les situations comme celle que nous vivons actuellement sont sans précédent et nécessitent des interventions coordonnées, décisives et menées sur le long terme. »

Mr Yunus, lauréat du prix Nobel de la Paix a insisté sur le fait que les "économies rurales devaient être rebâties en tant qu'économies indépendantes".

Plus de: FAO

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.