Gabon: AKOURNAM - La route d'Igoumié en piteux état

6 Novembre 2020

Les riverains de « la carrière », un quartier situé dans la commune d'Owendo, éprouvent des difficultés de déplacement résultant du mauvais état de la route. Les indignations sont légions quelque soit la période de l'année.

Les années passent et le constat est toujours le même. En saison sèche avec la poussière, et la saison des pluies avec des précipitations importantes, le calvaire des habitants de « la carrière » d'Owendo, en matière de déplacement, relèvent de l'exploit en raison de l'état désastreux de la route.

Les files d'attente se dressent pour emprunter les "clandos" qui, tant bien que mal, assurent le transport avec le risque de dégâts sur leurs véhicules. « Je suis obligé de rouler car cette activité me permet de subvenir à mes besoins. Les pannes et autres incidents ne manquent pas et l'état de la route ne nous aide pas », confie un chauffeur. Pour les populations, cette difficulté rime avec durée car sa réhabilitation devait se faire depuis bien des années : « cette route devait être refaite depuis longtemps, des travaux avaient même été entamés mais ils ne sont jamais allés à leur terme. Nous sommes toujours revenus à la case départ. La poussière en saison sèche, l'eau en saison des pluies, nous avons du mal à nous déplacer », clame un habitant désemparé de la situation actuelle.

Le phénomène routier perdure et la circulation habituelle s'affaibli. Les véhicule de transport y circulent très rarement en raison de cet état alarmant. « Aucune voiture ne se pointe à l'horizon », emmenant ainsi les riverains à marcher sans autre choix. La saison des pluies n'arrange en rien le problème, car "les derniers clandos se font rares" et les usagers contraints de marcher pour rallier le quartier voisin Akournam et se déporter en ville par la suite.

Des travaux en cours

Depuis quelques mois, une société adjudicataire effectue des travaux de réhabilitation de la route. Malheureusement ces ravaux s'éffectuent sur un autre tronçon partant du carrefour de la carrière pour Mindoubé. Des travaux qui semblent être « utopique » aux regards des populations qui ne comprennent pas la réfection d'une portion de la route en laissant pour compte le reste de la voie. « Ce n'est pas la première fois que des travaux sont lancés pour arranger cette route. Et comme toujours ils n'iront jamais au bout », s'exclame un résident.

La fin du calvaire ?

Pour d'autres, ces travaux sonnent comme « une délivrance », et veulent garder un motif d'espoir que les autorités, ou plutôt la société responsable de ces travaux « aillent jusqu'au bout de leurs engagements ». « Nous espérons que les travaux iront à leur terme. Nous voyons des avancées et ne pouvons qu'être optimistes pour la suite et prions que rien ne vienne entraver la bonne marche de ces travaux », confie une habitante.

La récente visite inopinée du chef de l'État ce 4 novembre 2020 pourrait être un signal fort en ce sens qu'il est impératif que les principaux protagonistes doivent effectuer les tâches qui leur incombent avec minutie.

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.