Cote d'Ivoire: Attentat contre l'autorité de l'Etat - Affi N'Guessan et Mabri recherchés

Pascal Affi N'Guessan, le chef du parti d'opposition FPI
6 Novembre 2020

La justice est aux trousses de Pascal Affi N'Guessan et Albert Mabri Toikeusse. Le procureur de la République, Adou Richard, lors d'une conférence de presse hier, à la salle des Pas Perdus du Palais de justice au Plateau, a déclaré que ces deux personnalités politiques sont activement recherchées pour attentat contre l'autorité de l'Etat.

Le procureur de la République a donné les raisons qui fonde son action : « Le lundi 02 novembre 2020, Pascal Affi N'Guessan, s'exprimant au nom de ces partis et groupements politiques, a fait l'annonce de la mise en place d'un organe de transition dénommé Conseil National de Transition. Cet organe, selon ses initiateurs, devait se substituer aux institutions en place. Les instigateurs de cet organe ont même annoncé la formation d'un gouvernement de transition », a-t-il argumenté.

« A l'analyse, tous les actes perpétrés et commandités par les promoteurs de cet organe avaient pour finalité d'attenter à l'autorité de l'Etat afin de parvenir au renversement des institutions de la République. Ces actes sont constitutifs d'attentat et de complot contre l'autorité de l'Etat et l'intégrité du territoire national », a-t-il déduit.

En outre, Adou Richard a fait savoir que des leaders de l'opposition dans leur volonté de poser cet acte de sédition s'étaient retrouvés à la résidence de Henri Konan Bédié. Plusieurs d'entre eux, à la suite d'une descente de la police, ont été interpelés et d'autres ont pu s'échapper. Pascal Affi N'Guessan et Albert Mabri Toikeusse, selon lui, font partie de ce groupe de personnalités ayant participé à cette conjuration qui sont activement recherchées.

Il a précisé qu'une enquête est ouverte à leur encontre. « Cette enquête va s'étendre sur l'ensemble des localités où ces faits d'une particulière gravité ont été commis pour en appréhender les auteurs et les complices », a ajouté le procureur de la République.

Adou Richard a également indiqué que lors de la réunion à la résidence de Henri Konan Bedié, 21 personnes ont été arrêtées. Au nombre de celles-ci figurent Maurice Kakou Guikahué, Bassy-Koffi Bernard, Séri Bi N'Guessan, N'Dri Kouadio Pierre Narcisse, Ezaley Georges, Kamagaté Brahima, Angoh Kouakou Casimir, N'Diaye Aminata, Bédié Kouakou Marcel, Bédié Koffi Antoine, Essoubo Yaba, Blessy Jean Chrysostome, Suy Bi Gohoré Emile.

Il a porté à la connaissance de l'opinion nationale et internationale que 9 parmi ces personnalités qui étaient détenues, ont été relaxées. Il s'agit de Essoubo Yaba, Bomoh Alice Trinité, Blessy Jean Chrysostome, Suy Bi Gohoré Emile, Bédié Kouakou Marcel, Bédié Koffi Antoine, Andi Daniel, Yao Kouamé Patrick, Joseph Koko Ura.

Le magistrat du ministère public a, par ailleurs, rappelé que le 20 septembre certains responsables de partis et groupements politiques de l'opposition ont lancé un appel à la désobéissance civile qui s'est ensuite mué en boycott actif avec pour conséquence la commission dans plusieurs localités du pays, d'actes constitutifs des infractions pénales.

Et que c'est dans le cadre de l'enquête qu'il a saisi le doyen des juges d'instruction en vue de l'ouverture d'une information judiciaire pour actes de terrorisme, attentat contre l'autorité de l'Etat, meurtres, etc. Il a informé que relativement à cette procédure, plusieurs personnes don't N'Dapkri Djaha Ange Félix, Koudou Yannick Arnault Alias Jaguar, Ayoub Zeinab, Miézan Kouadio Kouatrien, Be N'Goulohie alias Dj Volcano ont été emprisonnées.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X