Cameroun: Line Renée Batongue passera sa deuxième nuit dans une sordide cellule de la ville de Bertoua

8 Novembre 2020

Notre consœur de la Cameroon radio Television (CRTV), Line Renée Batongue passera sa deuxième nuit dans une sordide cellule de la ville de Bertoua ce jour. Elle a été interpellée et embastillée par certains gendarmes au service d'un individu ( je préfère taire le nom de ce préfet trempé dans la mafia forestière qui utilise les forces publiques à des fins privées ). Hier ,elle a été entendue par le commandant de la compagnie de gendarmerie de Bertoua à la demande de ce Préfet zélé qui a pris tout un département en otage . Jusqu'à présent , le gouverneur de la région de l'Est garde un silence coupable.

Je rappelle que Line n'a rien volé. Elle faisait son travail et uniquement son travail. Son défaut c'est d'avoir eu le courage d'enquêter sur un sujet à haut risque : la mafia forestière. Un sujet qui touche de très hautes personnalités de la République. Ces dernières se font beaucoup d'argent sur le dos des populations trempées dans un océan de misère. Elle voulait mettre sur la place publique ce que les autorités locales cachent. Soucieuse de la déontologie journalistique, "elle a même refusé de diler ". D'où la haine et la colère des autorités locales contre ce brave journaliste.

En clair, Line réalisait un reportage dans l'arrondissement de Betaré oya sur l'impact de l'exploitation forestière dans l'amélioration des conditions de vie des populations de la région de l'Est , cas de la localité de " tête d'éléphant". Selon nos sources , elle se porte bien et sera libérée ce Lundi matin aux premières heures. Demain c'est tard. Monsieur Charles Ndongo vous voudriez bien contacter Atangana Nji et faites libérer votre journaliste aujourd'hui.

Je précise que nonobstant les menaces , nos informateurs à la Crtv affirment que ce reportage sera diffusé en boucle sur les antennes de la Crtv radio et TV .

Ce Préfet sans foi ni loi avait fait enfermer un journaliste de Canal 2 International pour les mêmes causes. Dans un pays sérieux ,la justice se serait saisie du dossier. La Conac aussi et même le Consupe.

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.