Cameroun: Promotion du bilinguisme et du multiculturalisme - Opération de charme à l'Extrême-Nord

Le président de l'institution, Peter Mafany Musonge, a conduit une mission d'écoute et de sensibilisation dans cette région la semaine dernière.

« Que les discours de haine cessent et que le vivre-ensemble soit prôné ! » Voici en quelques mots l'essentiel du message qu'est venue délivrer la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme (CNPBM) qui a séjourné dans la région de l'Extrême-Nord du 04 au 07 novembre dernier. Conduite par Peter Mafany Musonge, président de ladite Commission cette descente visait à recueillir les et avis et suggestions des populations sur les sujets qui touchent la vie de la nation, d'une part et de les sensibiliser sur le bien-fondé de la loi portant promotion des langues officielles, d'autre part. Voilà pourquoi le président de la Commission a tenu à faire le déplacement de Maroua avec une forte équipe dans laquelle l'on a pu apercevoir les personnalités telles que le Dr Chi Asafor, le secrétaire général, Oumarou Djika Saïdou le vice-président, Abbé Jean Marie Bodo, Ama Tutu Muna et bien d'autres.

Venues de tous les horizons de la région de l'Extrême-Nord, les populations ont accueilli avec beaucoup de ferveur cette initiative du chef de l'Etat de prôner le vivre ensemble et le multiculturalisme. Elles l'ont fait savoir à travers le maire de la ville, Maroua, Dr Sally Babani qui, lors de la cérémonie d'ouverture, a souligné que « pour la circonstance toutes les composantes sociologiques, politiques, économiques, religieuses, et traditionnelles de notre région ont promptement répondu à l'invitation.

Après trois jours d'intenses travaux, des exposés, des échanges et des débats qui ont eu lieu, il se dégage que la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme sont des gages pour le maintien de la paix, la consolidation de l'unité nationale, le renforcement de la volonté et la pratique au quotidien du vivre-ensemble des Camerounais. « Ce sont des facteurs incontournables pour le développement socioéconomique de notre pays et nous, à notre niveau, nous y veillerons pour que ces idéaux soient bien partagés dans notre région » a commenté Midjiyawa Bakari, gouverneur de la région de l'Extrême-Nord. Pour les populations ayant assisté à cette rencontre, engagement a été pris d'éviter désormais les discours de haine, les contenus violents dans les médias, la désinformation, les réplis identitaires. « Plus que jamais, je pense que nos diversités linguistiques et culturelles doivent être des atouts et non des fardeaux pour notre pays », a souligné Hervé Ngouah, un habitant de Maroua.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.