Maroc: En temps de Covid-19, la science plus proche de la société

Nations Unies, (New York) — Cette année, à un moment où le monde est aux prises avec la pandémie de la COVID-19, la Journée mondiale de la science au service de la paix et du développement, célébrée le 10 novembre de chaque année, met l'accent sur "la science pour et avec la société face à la pandémie".

Selon l'organisation des Nations-Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), initiatrice de cette Journée mondiale, tout au long de la crise sanitaire sans précédent que connait le monde, l'agence onusienne s'est efforcée de rapprocher la science de la société et de renforcer les collaborations scientifiques internationales indispensables.

Ainsi, la réponse de l'UNESCO à la pandémie s'articule, indique-t-on, autour de trois grands piliers, à savoir promouvoir la coopération scientifique internationale, garantir l'accès à l'eau et soutenir la reconstruction écologique.

Pour lutter contre la COVID-19, l'accent a été ainsi mis sur le renforcement de la coopération scientifique internationale et nationale, ainsi que le dialogue entre les scientifiques, les décideurs, le secteur privé, l'industrie et les professionnels de la santé, et la société civile. Cela exige un accès ouvert aux connaissances et au savoir-faire scientifiques, le partage de données et la prise de décisions fondées sur des données probantes, ainsi qu'une transition urgente vers la science ouverte à l'échelle mondiale.

De même, l'accès à l'eau propre et sûre et à l'assainissement est essentiel à la vie, et il est de plus indispensable pour éviter la propagation de la COVID-19 et lutter contre la pandémie. L'UNESCO fournit des conseils scientifiques et techniques tout en renforçant la capacité de prise de décisions politiques pour l'eau, fondées sur des données probantes et inclusives, ainsi que les compétences de gestion durable des ressources en eau afin d'assurer l'accès à l'eau propre et sûre et à l'assainissement pour tous.

L'agence onusienne met également en garde contre la pression sur la biodiversité et sur ses habitats naturels, qui favorise l'émergence de zoonoses comme la COVID-19. Plus que jamais, il est nécessaire de repenser les liens entre les gens et la nature. Les sites désignés par l'UNESCO, tels que les réserves de biosphère et les géoparcs mondiaux UNESCO, sont de puissants outils pour rapprocher les gens et la nature en testant et en appliquant des approches intégrées à la conservation de la biodiversité, à son utilisation durable et au développement durable, selon la même source.

Par ailleurs, et pour célébrer cette édition 2020 de la Journée mondiale de la science au service de la paix et du développement, l'UNESCO a organisé une table ronde virtuelle le 6 novembre, sur le thème « La science pour et avec la société face au COVID-19 ».

L'objectif principal de cette rencontre était de partager les bonnes pratiques et de fournir des orientations à l'UNESCO pour améliorer les liens entre la science et la société afin de résoudre les défis mondiaux tels que la pandémie actuelle.

En effet, chaque année, la Journée mondiale de la science au service de la paix et du développement permet de rappeler l'importance et la pertinence de la science dans la vie quotidienne, mais aussi d'insister sur la nécessité de faire participer le public aux débats sur les questions scientifiques émergentes.

En rapprochant la science de la société, l'évènement vise à faire en sorte que les citoyens soient informés des développements scientifiques et mettre en lumière le rôle que les scientifiques jouent dans la compréhension de la planète, système aussi remarquable que fragile.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X