Afrique de l'Est: Conflit en Éthiopie - Inquiétude pour les réfugiés érythréens dans le Tigré

Les affrontements se sont poursuivis lundi dans la région du Tigré, coupée du monde depuis bientôt une semaine avec la coupure des routes et des télécommunications.

L'ONU a exprimé, samedi, son inquiétude sur la situation humanitaire dans la province, l'une des plus touchées par les invasions de criquets pèlerins et qui abrite par ailleurs des dizaines de milliers de réfugiés érythréens.

Dans le Tigré, 600 000 personnes ne s'alimentent correctement que grâce à l'aide humanitaire. Plus de 100 000 sont des déplacés internes et 10 000 autres sont des réfugiés ayant fui l'Érythrée voisine, et vivaient déjà, en temps de paix, dans des conditions de misère.

Ces chiffres risquent d'être aggravés par les combats. Tel est le constat dressé le week-end dernier par l'agence humanitaire de l'ONU en Éthiopie, qui demande un « accès urgent » à la province aux autorités fédérales.

Une inquiétude à laquelle a fait écho, ce lundi, l'association Human Rights Concern Eritrea, basée à Londres. Dans un communiqué, elle a fait état du « danger réel » que les 100 000 civils survivant dans les camps de réfugiés le long de la frontière soient renvoyés ou ramenés de force dans le pays qu'ils ont fui.

L'association rappelle que « presque tous les Érythréens présents dans les camps de réfugiés vivent de rations mensuelles extrêmement maigres » et que « leur survie est en jeu ».

Désormais l'argent va venir à manquer. Dimanche, la banque nationale éthiopienne a annoncé la fermeture de toutes ses agences dans le Tigré, prétextant « des pillages ». Mais privant du coup d'argent liquide les habitants de la province.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.