Afrique: Allocution liminaire du Directeur général de l'OMS lors du point ‎presse sur la Covid-19 - 6 novembre 2020‎

Aujourd'hui, l'OMS et l'UNICEF lancent conjointement un appel d'urgence ‎pour accélérer les efforts de vaccination contre la rougeole et la poliomyélite. ‎Selon nos estimations, 655 millions de dollars des États-Unis sont ‎nécessaires pour combler les graves lacunes en matière de vaccination des ‎enfants dans les pays non éligibles aux subventions de l'Alliance GAVI. ‎

À mesure que la pandémie évolue, comme les pays l'ont indiqué, ils ont ‎effectué des revues tout au long de la crise dans le but de renforcer leur ‎riposte. Ce type de revue utilise une approche multisectorielle englobant ‎l'ensemble de la société, et tenant compte des contributions de toutes les ‎parties prenantes impliquées dans la préparation et la riposte face à la ‎COVID-19, aux niveaux national et infranational. ‎

Ces revues permettent non seulement aux pays d'améliorer leur riposte à la ‎COVID-19, mais aussi de contribuer à leur sécurité sanitaire à long terme. À ‎ce jour, 21 pays les ont achevés et d'autres sont en cours de réalisation. ‎

Aujourd'hui, nous sommes heureux d'accueillir les ministres de la santé de ‎l'Indonésie, du Royaume de Thaïlande et de l'Afrique du Sud afin qu'ils ‎partagent leur expérience et les enseignements tirés de la pandémie de ‎COVID-19. ‎

-------

Bonjour, bon après-midi ou bonsoir. ‎

Au cours de l'été, l'Afrique a été certifiée exempte de poliomyélite ‎sauvage. Cet événement représente l'une des plus grandes réalisations ‎de tous les temps dans le domaine de la santé publique. ‎

Grâce à des millions d'agents de santé qui administrent régulièrement ‎à chaque enfant un vaccin efficace et grâce à un partenariat unique ‎entre l'OMS, l'UNICEF, le Rotary, les Centers for Disease Control and ‎Prevention (CDC) des États Unis d'Amérique, la Fondation Bill & ‎Melinda Gates et l'Alliance Gavi, l'éradication mondiale de la ‎poliomyélite demeure réalisable. ‎

Toutefois, la pandémie de COVID-19 a mis un frein à la dynamique ‎existante, car les efforts de vaccination et de lutte contre la ‎poliomyélite ont été suspendus. ‎

De ce fait, les enfants, en particulier dans les zones à haut risque, sont ‎plus vulnérables aux maladies mortelles telles que la poliomyélite, la ‎rougeole et la pneumonie. ‎

Et nous commençons désormais à constater des flambées de ces ‎maladies. ‎

Nous devons inverser rapidement la tendance et veiller à ce qu'aucun ‎enfant ne soit laissé de côté. ‎

Aujourd'hui, l'OMS et l'UNICEF lancent conjointement un appel ‎d'urgence pour accélérer les efforts de vaccination contre la rougeole ‎et la poliomyélite. ‎

Tandis que le monde observe avec intérêt les scientifiques qui ‎s'efforcent de développer des vaccins sûrs et efficaces contre la ‎COVID-19, il est important de veiller à ce que tous les enfants ‎reçoivent les vaccins salvateurs qui sont déjà disponibles. ‎

Selon nos estimations, 655 millions de dollars des États-Unis sont ‎nécessaires pour combler les graves lacunes en matière de vaccination ‎des enfants dans les pays non éligibles aux subventions de l'Alliance ‎GAVI.‎

Cet appel mondial à l'action invite l'ensemble des donateurs à ‎maintenir le cap et à ne pas abandonner les enfants les plus pauvres et ‎les plus marginalisés au moment où ils en ont le plus besoin. ‎

‎===‎

Alors que la pandémie de COVID-19 poursuit son évolution, nous ‎devons saisir toutes les occasions de tirer des enseignements et ‎améliorer la riposte au fur et à mesure que nous progressons.‎

De nombreux pays ont répondu à notre appel en janvier dernier, ‎lorsque nous avons tiré la sonnette d'alarme en déclarant une urgence ‎de santé publique de portée internationale. ‎

Ils ont collaboré étroitement avec nous et ont suivi les paramètres ‎fixés dans le plan de riposte stratégique présenté par l'OMS le 4 ‎février. ‎

Les pays ont également mené des revues, partagé des données et des ‎expériences et affiné leur riposte en fonction de leur expérience ‎nationale et de la situation unique sur le terrain.‎

À mesure que la pandémie évolue, comme les pays l'ont indiqué, ils ‎ont effectué des revues tout au long de la crise dans le but de ‎renforcer leur riposte. ‎

Le monde entier a préconisé la réalisation de ce type d'auto-analyse ‎lors de l'Assemblée mondiale de la Santé en mai dernier. ‎

Ce type de revue utilise une approche multisectorielle englobant ‎l'ensemble de la société, et tenant compte des contributions de toutes ‎les parties prenantes impliquées dans la préparation et la riposte face ‎à la COVID-19 aux niveaux national et infranational.‎

En examinant et en adaptant les stratégies actuelles de préparation et ‎de riposte et en déterminant les éléments qui ont été efficaces et ceux ‎qui doivent être améliorés, la revue donne aux pays une occasion de ‎modifier la trajectoire de la pandémie.‎

Ces revues permettent non seulement aux pays d'améliorer leur ‎riposte à la COVID-19, mais aussi de contribuer à leur sécurité sanitaire ‎à long terme.‎

À ce jour, 21 pays les ont achevés et d'autres sont en cours de ‎réalisation. ‎

Aujourd'hui, nous sommes heureux d'accueillir les ministres de la ‎santé de l'Indonésie, du Royaume de Thaïlande et de l'Afrique du Sud ‎afin qu'ils partagent leurs expériences et les enseignements tirés de la ‎pandémie de COVID-19. ‎

Permettez-moi tout d'abord de présenter son excellence Monsieur ‎Anutin Charnvirakul, Vice-Premier Ministre et Ministre de la Santé du ‎Royaume de Thaïlande. ‎

Excellence, vous avez la parole. ‎

‎===‎

Je vous remercie, Monsieur le Ministre, pour ces remarques ‎pertinentes et les enseignements tirés de la riposte menée par la ‎Thaïlande. ‎

Je souhaiterais à présent souhaiter la bienvenue à Son Excellence, le Dr ‎Zwelini Mkhize, Ministre de la santé de l'Afrique du Sud.‎

Excellence, vous avez la parole. ‎

‎===‎

Monsieur le Ministre, je vous remercie de nous avoir fait part des ‎efforts déterminés de l'Afrique du Sud pour combattre la COVID-19. ‎

Permettez-moi maintenant de me tourner vers le Ministre de la Santé ‎de l'Indonésie, le Dr Terawan Agus Putranto.‎

Excellence, vous avez la parole.‎

‎===‎

Je vous remercie, Monsieur le Ministre Putranto, d'avoir présenté les ‎efforts déployés par l'Indonésie pour éliminer la COVID-19. ‎

‎===‎

En effectuant des revues en temps réel et en partageant les ‎enseignements tirés de celles-ci avec le monde entier, ces trois pays ‎ont établi un schéma directeur sur la manière dont les pays peuvent ‎éliminer la COVID-19 et briser les chaînes de transmission. ‎

On peut certes effectuer des exercices et des simulations, mais le ‎meilleur moment pour évaluer sa capacité de riposte en cas d'urgence ‎est précisément lorsqu'une urgence survient. ‎

C'est alors que l'on peut voir clairement ce qui fonctionne, ce qui ne ‎fonctionne pas et ce que l'on doit améliorer.‎

Il y a de l'espoir et le moment est venu de redoubler d'efforts pour ‎lutter contre ce virus.‎

Quel que soit le stade où se trouve un pays par rapport à l'épidémie, ‎les pays peuvent inverser la tendance en menant une riposte ‎engageant l'ensemble des pouvoirs publics et de la société. ‎

Il n'est jamais trop tard.‎

Alors que nous investissons dans des vaccins et effectuons des tests ‎pour prouver leur innocuité et leur efficacité, j'encourage l'ensemble ‎des pays à tirer des enseignements des expériences de la Thaïlande, de ‎l'Afrique du Sud et de l'Indonésie et à s'efforcer d'éliminer ce virus ‎avec les outils disponibles dont l'efficacité est avérée. ‎

Nous pouvons sauver des vies et les moyens de subsistance et mettre ‎fin à cette pandémie, ensemble. ‎

Je vous remercie.‎

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.