Maroc: Des trésors culturels, victimes collatérales de la pandémie

Le trafic de biens culturels, activité hautement lucrative, a explosé sur internet ces derniers mois, le patrimoine devenant une victime collatérale de la pandémie de Covid19, alertent des experts, au moment même où l'Unesco célèbre les 50 ans de la convention de 1970 visant à prévenir ce fléau. En 2019, Athar Project (Antiquities Trafficking and Heritage Anthropology Research) recensait 90 groupes Facebook consacrés aux transactions de biens culturels, soit quelque 300.000 utilisateurs.

"Aujourd'hui, ça doit être près de 130 groupes, beaucoup en arabe, rassemblant plus d'un demi-million de personnes", relève l'universitaire syrien Amr Al-Azm, co-directeur de l'ONG. L'Organisation mondiale des douanes a d'ailleurs noté, dans ces circonstances exceptionnelles qui ont accru la digitalisation du monde, "une hausse des trafics illicites sur internet", notamment des contrefaçons. "La pandémie est un fléau", dit à l'AFP Ernesto Ottone Ramirez, sous-directeur général pour la culture de l'Unesco. "C'est : plus de pillages, moins d'informations, moins de missions, moins de contrôles...".

"Interpol n'a pas de preuves d'un bond des excavations illicites. Mais on peut supposer que quand toutes les énergies vont au maintien de la sécurité sanitaire, qu'il y a moins de patrouilles, notamment sur les sites archéologiques souvent éloignés des villes, les autres champs sont moins couverts", reconnaît Corrado Catesi, coordinateur de l'unité Oeuvres d'art d'Interpol. Une situation accrue dans les pays en conflit aux institutions affaiblies, où le chaos favorise ce commerce de l'ombre. Syrie, Irak, Afghanistan, Yémen par exemple paient un lourd tribut depuis des années. Mais le vol n'a pas de frontières : en juin lors d'une réunion d'experts consacrée au "trafic d'antiquités au temps du Covid19", M. Ottone évoquait ainsi une tentative de vol de pierres de la cathédrale Notre-Dame à Paris, dont les travaux de restauration avaient été interrompus par le confinement.

Partout dans le monde, "les priorités sanitaires ont fait passer au second plan la protection du patrimoine", notait-il. Le confinement a laissé à travers la planète des musées et des sites archéologiques désertés, à peine gardés, livrant leurs trésors à la concupiscence des trafiquants - individus, réseaux, voire groupes terroristes. Aux Pays-Bas, c'est un Van Gogh, "Le jardin du presbytère de Nuenen au printemps", qui fut dérobé fin mars dans un musée fermé au public deux semaines auparavant.

"Le voleur est arrivé à moto, a forcé la porte et est reparti avec la toile ! D'autant plus simple qu'il n'y avait pas de patrouille. Dans une ville, la nuit, normalement, il y a des passants, des conducteurs... Pour moi, c'est le meilleur exemple de crime contre les biens culturels durant le confinement", relève Corrado Catesi.

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.