Maroc: Lahbib - L'escalade militaire marocaine à Guerguerate menace toute la région

El Guerguerat

Alger — Le ministre sahraoui de la Défense, Abdallah Lahbib, a affirmé que l'escalade militaire marocaine près de la brèche illégale de Guerguerate menaçait la stabilité dans la région tout entière.

Dans un entretien accordé à l'APS, M. Lahbib a fait savoir que le Maroc avait envoyé récemment des renforts militaires et des engins pour la construction de barrières en sable dans la région de Guerguerate près de la brèche illégale ce qui menace à tout moment la stabilité dans la région et pourrait être le prélude à un "retour à la guerre".

Evoquant les développements au niveau de Guerguerate, le ministre sahraoui a indiqué que "face à l'escalade militaire dangereuse menée par le Maroc qui menace d'ouvrir, de force, cette brèche illégale, le front Polisario affirme que tout dépassement, par les forces marocaines, des barrières de la honte à l'Est, est synonyme du retour à la guerre et de l'abrogation de l'accord du cessez le feu. Il indiqué à ce propos, que le Front Polisario avait annoncé l'état d'urgence extrême en prévision de toutes les probabilités dont la reprise de la guerre pour imposer le choix de son peuple pour l'indépendance.

"La fermeture de la brèche illégale et l'élan populaire constituent une réaction à la passivité de la Minurso quant à l'organisation du référendum d'autodétermination", soutient M. Lahbib.

Par ailleurs, le ministre sahraoui de la défense a déploré les pratiques de la Minurso ayant pris parti pour le Maroc , soulignant qu'elle a œuvré énergiquement à l'ouverture de la brèche sous prétexte de plusieurs justifications infondées, rappelant que cette mission onusienne s'acquitte désormais du rôle marocain au niveau de ce passage.

M. Lahbib a rappelé la Minurso que cette brèche n'existait pas à la signature de l'accord du cessez le feu en 1991.

Prolonger la mission du Minurso, c'est faire durer la souffrance des sahraouis

Pour sa part, le président de la commission de défense et de sécurité au bureau permanent du Secrétariat général du Front Polisario a estimé que le prolongement de la mission du Minurso pour un an sans qu'il ne soit accompagné de mesures pratiques pour effectuer sa mission, à savoir l'organisation d'un référendum d'autodétermination dans un délai défini est censé faire durer la souffrance du peuple sahraoui.

Après trois décennies d'attente et de tergiversations, le peuple sahraoui est au bout de sa patience, a-t-il constaté.

Avec le temps, La Minurso a dévié de sa mission principale qu'est l'organisation d'un referendum et focalisé ses efforts uniquement sur le cessez-le-feu, a-t-il noté.

Dans ce sens, le ministre sahraoui a pointé du doigt la mission onusienne qui, d'après lui, protège et défend l'occupation en observant le silence quant aux violations marocaines des droits de l'Homme.

Lire aussi: Sahara occidental: le Conseil de sécurité proroge le mandat de la MINURSO d'une année

Et d'ajouter que la société civile a pour seul souci le maintien de ce statuquo que connait le processus de règlement en l'absence d'une menace à la paix et la sécurité internationales.

M. Lahbib a également fait état des pressions exercées sur le Conseil de sécurité par la France afin d'empêcher la Minurso de surveiller la situation des droits de l'Homme au Sahara Occidental.

La France en sa qualité de membre permanent au Conseil de sécurité défend le Maroc et ses pratiques monstrueuses et inhumaines à l'encontre du peuple sahraoui, a-t-il relevé.

L'Envoyé personnel ne s'acquittera pas convenablement de ses missions s'il n'a pas le soutien du Conseil de sécurité en sus d'une bonne volonté internationale de décolonisation à travers un référendum libre et régulier.

Abdellah Lahbib a mis en avant le rôle de l'Algérie en termes de soutien à la cause sahraouie juste et de l'application de la légitimité internationale.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.