Seychelles: La situation économique aux Seychelles est « alarmante» en raison du ralentissement du tourisme dû au Covid-19, selon le ministre

La situation économique des Seychelles est alarmante, a déclaré mardi le ministre des Finances tout en détaillant comment la croissance économique dans ce pays dépendant du tourisme pourrait se contracter de 13,5% au lieu des 10,8% précédemment prévus en raison des difficultés apportées par le COVID-19.

Le nouveau ministre des Finances, Naadir Hassan, a fait cette déclaration en réponse à une question privée du chef de l'opposition, Sébastien Pillay, à l'Assemblée nationale mardi.

M. Pillay a demandé des détails sur les réserves financières du pays, les mesures pour faire face à la situation économique, le coût de la vie et les pays potentiels avec lesquels les Seychelles négocieront pour obtenir de l'aide.

"La position économique des Seychelles est alarmante et la priorité immédiate est de la stabiliser pour éviter davantage d'impact sur l'inflation et le taux de change", a déclaré M. Hassan.

Il a déclaré que les Seychelles s'attendaient à collecter 1,5 milliard de SCR (50 millions de dollars) de moins que prévu dans le budget 2020 et à dépenser 1,4 milliard de SCR (71 millions de dollars) de plus.

"Cela signifie que nous aurons un déficit budgétaire de 23,2% au lieu de 14% qui a été présenté dans l'amendement du budget 2020", a déclaré M. Hassan.

Le ministre des Finances a expliqué qu'au vu de "la nouvelle performance budgétaire et de nouvelles dettes et de la garantie que le pays a mis cette année pour soutenir l'économie, le pays devrait terminer l'année avec un ratio dette / PIB de 101%".

M. Hassan a déclaré que la contraction était davantage liée à l'arrivée des touristes dans le pays, qui devrait chuter de 73% par rapport à une projection de 64% calculée dans les amendements budgétaires 2020.

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, l'économie des Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, a été durement touchée par un ralentissement mondial des voyages, bien que la nation insulaire n'ait connu aucun décès dû au virus.

Dans le cadre des mesures visant à contrer les répercussions économiques négatives, le gouvernement est en contact avec le Fonds monétaire international (FMI) pour discuter d'un nouveau programme de réformes économiques qui aidera les Seychelles à traverser les temps difficiles à venir.

"Il sera important pour nous de comprendre l'impact sur la population si nous nous engageons dans un programme défini par le FMI. À tout moment, l'intérêt de notre peuple reste primordial dans toute décision prise", a déclaré M. Hassan.

Il a ajouté que "le gouvernement a déjà entamé des discussions avec des pays amis pour voir quelle aide nous pouvons obtenir et nous attendons toujours une réponse".

Les données du Bureau national des statistiques (NBS) montrent que le PIB des Seychelles s'est contracté de 17,2% au deuxième trimestre de 2020 par rapport à la même période un an plus tôt.

Concernant les réserves financières du pays, M. Hassan a déclaré que, selon les dernières informations fournies par la Banque centrale des Seychelles (CBS) à partir du 6 novembre, les réserves du pays s'élevaient à 566 millions de dollars et le montant pouvant être utilisé est de 428 millions de dollars. Le calcul montre que cette réserve durera dans le pays environ 18 mois.

M. Hassan a déclaré que le gouvernement a déjà entamé des discussions pour identifier les voies par lesquelles le pays peut obtenir des devises et sur les mesures qui peuvent aider à réduire la pression sur la demande de devises.

Quant à la nouvelle stratégie qui sera adoptée par le nouveau gouvernement pour faire face au coût de la vie, le ministre a déclaré que depuis son entrée en fonction, une importante évaluation est effectuée par des techniciens pour évaluer la performance économique et les mesures qui seront mis en place.

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.