Afrique de l'Ouest: Le fonds fiduciaire de l'UE pour l'Afrique mobilise 22,6 millions d'euros supplémentaires pour favoriser la stabilité et la sécurité dans la région du Sahel et du lac Tchad

communiqué de presse

Bruxelles — - L'Union européenne a annoncé l'octroi de 22,6 millions d'euros supplémentaires à cinq nouveaux programmes au titre du fonds fiduciaire d'urgence de l'Union européenne pour l'Afrique pour favoriser la stabilité et la sécurité dans la région du Sahel et du lac Tchad.

La commissaire chargée des partenariats internationaux, Jutta Urpilainen, a déclaré ce qui suit: «Ces cinq programmes contribuent de différentes manières à faire face à la crise prolongée que connaît la région du Sahel et à promouvoir la stabilité et la prospérité à long terme de celle-ci. Ils ciblent la menace terroriste, combattent l'impunité apparente des criminels et contribuent à améliorer la gouvernance, mais permettront aussi d'offrir davantage de perspectives créatives et économiques aux jeunes de la région et d'améliorer l'accès à l'internet.»

Un programme de 10 millions d'euros approuvé au titre du fonds fiduciaire de l'UE permettra de soutenir la lutte contre l'impunité au Burkina Faso en rendant le système judiciaire plus accessible et plus efficace, par exemple en améliorant le fonctionnement de la chaîne pénale et en soutenant des projets prioritaires dans le cadre du système judiciaire.

Le fonds fiduciaire soutiendra également la création d'un escadron polyvalent au sein de la Garde nationale du Niger afin de renforcer la sécurité de la population et de stabiliser la région. Ce programme d'un montant de 4,5 millions d'euros, faisant suite à une demande du ministère de l'intérieur du Niger, comprendra des activités de renforcement des capacités mettant un accent particulier sur la protection des droits de l'homme, ainsi que la fourniture de matériel, y compris des véhicules, du matériel de transmission, des gilets pare-balles et une ambulance médicalement équipée, afin de mieux faire face à la menace terroriste.

Le troisième programme, doté d'un peu plus de 2 millions d'euros, contribuera à la création de Radio Jeunesse Sahel, une plateforme transnationale visant à permettre aux jeunes âgés de 15 à 35 ans de s'exprimer en Mauritanie, au Mali, au Burkina Faso, au Niger et au Tchad. Cette radio proposera des contenus innovants sur les différents défis auxquels sont confrontés les jeunes et leur offrira un espace de discussion, favorisant ainsi un sentiment de collectivité.

L'UE soutiendra, à hauteur d'un peu plus d'1 million d'euros, un programme d'assistance technique visant à renforcer le secteur des technologies de l'information et de la communication (TIC) en Gambie. Il s'agit de la première phase des efforts visant à mettre en place un accès universel à l'internet en Gambie en complétant l'infrastructure internet existante par la technologie sans fil 4G et en adoptant des mesures d'accompagnement en matière d'inclusion sociale.

Enfin, un projet pilote de renforcement des capacités d'un montant de 5 millions d'euros ouvrira la voie à la numérisation du système d'état civil guinéen et à l'identification électronique des citoyens. L'absence actuelle de documents d'identité certifiés légalement pose de nombreux défis, notamment parce qu'elle renforce la vulnérabilité des migrants face à la traite des êtres humains.

Contexte

Le Fonds fiduciaire d'urgence de l'UE pour l'Afrique a été créé en 2015 pour s'attaquer aux causes profondes de l'instabilité, des déplacements forcés et de la migration irrégulière et pour contribuer à une meilleure gestion des migrations. Les ressources allouées au Fonds par les institutions de l'UE, les États membres et d'autres donateurs s'élèvent actuellement à 5 milliards d'euros.

Copyright Union européenne, 1995-2020

SOURCE Commission europénne

Plus de: PR Newswire

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.