Sénégal: Escroquerie en ligne - Treize Nigérians déférés

10 Novembre 2020

Poursuivis pour association de malfaiteurs, escroquerie en ligne, usurpation d'identité numérique et blanchiment de capitaux, 13 Nigérians, qui vivaient dans un appartement luxueux à Hamo 6, ont été déférés, hier, devant le procureur de la République.

La Division spéciale de la cybercriminalité (Dsc) a déféré, hier, devant le procureur de la République, 13 individus de nationalité nigériane.

Les suspects qui avaient loué un appartement sis à Hamo 6, Guédiawaye, ont entretenu plusieurs discussions via WhatsApp avec des victimes établies en Inde, Thaïlande, Arabie Saoudite, au Pakistan, etc.

Une fois les cibles contactées et la confiance installée, les mis en cause leur réclamaient de l'argent destinés aux frais d'expédition de leurs cadeaux. Ils sont poursuivis pour association de malfaiteurs, escroquerie en ligne, usurpation d'identité numérique et blanchiment de capitaux.

Le 3 novembre dernier, les enquêteurs ont été saisis par une personne désirant garder l'anonymat, qui a attiré leur attention sur les agissements suspects d'un groupe de Nigérians.

Ils vivaient en grand nombre dans un appartement luxueux d'un immeuble R+3, ne sortaient curieusement que la nuit et ne semblaient mener aucune activité licite.

Sans tarder, la Division spéciale de la cybercriminalité (Dsc) a mis en place un dispositif de surveillance qui a permis de mettre la main sur 13 suspects, 13 ordinateurs portables et 19 téléphones.

Interrogés, les mis en cause ont soutenu qu'ils gagnaient honnêtement leur vie dans des domaines comme la restauration, la coiffure, la vente d'effets vestimentaires, entre autres.

Mais les résultats des recherches faits sur leurs ordinateurs et téléphones portables ont permis de savoir que le groupe a installé et utilisé des logiciels malveillants destinés à rouler dans la farine ses victimes.

Le système frauduleux permet de donner du crédit et de la fiabilité à une usurpation d'identité. Ainsi, loin des regards indiscrets, dans un appartement niché au cœur de la banlieue dakaroise, les mis en cause ont réussi à faire croire, par exemple, qu'ils étaient des soldats américains en mission en Syrie, des hommes ou femmes européens ou arabes à la recherche de partenaires en affaires ou pour des relations amoureuses.

Parvenant à changer de position géographiquement de façon virtuelle, ils arrivaient facilement à extorquer les fonds de leurs interlocuteurs qui n'y voyaient que du feu.

La majorité des suspects a nié les faits, soutenant que les ordinateurs saisis appartenaient à des compatriotes rentrés au Nigeria.

Ce que les usurpateurs ignoraient au moment de brandir cet argument tiré par les cheveux, selon nos sources, c'est que les enquêteurs de la Dsc ont pu savoir, grâce aux résultats provenant de leurs laboratoires d'analyses criminalistique que les logiciels malveillants ont continué à fonctionner jusqu'à leurs arrestations.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.