Burkina Faso: Do Pascal Sessouma au chevet du CHUSS de Bobo-Dioulasso

10 Novembre 2020

Le candidat à l'élection présidentielle du 22 novembre 2020, Kiemdoro Do Pascal Sessouma, président du parti «Vision Burkina », a rendu visite, le 10 novembre 2020 au Centre hospitalier universitaire Sanou-Souro (CHUSS) de Bobo-Dioulasso.

La veille, le candidat de « Vision Burkina » était à Morlaba dans le Kénédougou où il a décortiqué son programme de société à ses sympathisants de la localité.

Le candidat de Vision Burkina à l'élection présidentielle de novembre 2020, Kiemdoro Do Pascal Sessouma, a, en marge de ses meetings, visité le 10 novembre 2020 le Centre hospitalier universitaire Sanon-Souro (CHUSS) de Bobo-Dioulasso.

Après s'être entretenu avec les premiers responsables de l'hôpital, le candidat Do Pascal Sesssouma a visité quelques services et matériel du plus grand hôpital de la ville de Sya.

Il a ainsi visité le service de production de l'oxygène et le parc des ambulances de la structure. Le CHUSS dispose de quatre ambulances fonctionnelles réservées aux évacuations sanitaires.

Convaincu que rien ne peut se faire sans la santé, l'ancien journaliste de la Radiotélévision du Burkina (RTB) a souligné que son programme est basé sur quatre piliers. Ce sont la santé, l'éducation, les infrastructures routières et l'eau.

Dans le domaine de la santé, M. Sessouma prévoit atteindre la santé universelle. Pour cela, le candidat à l'élection présidentielle entend entreprendre plusieurs initiatives.

« Si je suis élu président du Faso, je vais transformer les V8 des ministres, des directeurs généraux et autres en ambulances médicalisées.

Le candidat de Vision Burkina, Do Pascal Sesssouma, a visité le parc des ambulances du CHUSS.

Aussi, je vais mettre fin à l'achat des chars de combat. Un seul char de combat peut acheter 40 ambulances », a laissé entendre le candidat. Il a souhaité que l'Etat accompagne davantage les structures sanitaires afin qu'elles soient plus efficaces et plus performantes pour mieux soigner les populations.

Et joignant l'acte à la parole, le candidat a remis un chèque à l'hôpital. Il a invité d'autres personnes à lui emboîter le pas.

Le directeur des services généraux et logistiques du CHUSS, Brahima Sanon, a loué la démarche du candidat. Son don, a-t-il dit, va permettre une meilleure prise en charge des patients.

«Nous remercions Do Pascal Sessouma pour son don que nous allons utiliser à bon escient pour les soins des patients », rassure le représentant du directeur général du CHUSS.

En plus du CHUSS, Do Pascal Sessouma s'est rendu dans des familles des veuves et orphelins des forces de défense et de sécurité tombées sur le champ de la défense de la patrie pour les réconforter.

La veille, le lundi 9 novembre 2020, le candidat était à Morlaba, dans le Kénédougou où il a expliqué son programme à ses militants et sympathisants.

Il a promis de régler l'épineuse question de l'insécurité s'il est élu. « Tant qu'on ne va pas régler la question de l'insécurité, on ne va pas aller de l'avant. Si je suis élu, je vais ramener la paix et la sécurité en 18 mois ou alors je ne suis pas digne d'être président du Faso.

J'ai mon plan et ce plan n'est applicable que si je suis le chef suprême des armées. Or pour être chef suprême des armées, il faut que je sois élu président », a martelé le candidat à l'élection présidentielle de 2020.

Les jeunes et les femmes ont promis d'accorder leurs voix à Do Pascal Sesouma tout en lui soumettant quelques doléances.

Elles portent sur l'état des routes, la santé et l'emploi. En marge du meeting, Do Pascal Sessouma a rendu visite aux notabilités de Morlaba à qui il a demandé des bénédictions.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.