Rwanda: Génocide rwandais - Kabuga plaide non coupable devant la justice

Photos de Felicen Kabuga sur le site Web du Département d'État américain à propos des fugitifs de la justice.
11 Novembre 2020

Considéré comme l'un des grands financiers du génocide de 1994 au Rwanda, Félicien Kabuga comparaissait ce mercredi devant la justice internationale à La Haye.

Deux semaines après son transfert à La Haye depuis la France, Félicien Kabuga a fait ce mercredi, sa toute première comparution devant le Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux (MTPI).

Félicien Kabuga est apparu ce mercredi "très fatigué" et "affaibli", deux semaines après son transfert à La Haye depuis la France.

Il est accusé par le Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux (MTPI) de "génocide", "incitation directe et publique à commettre le génocide" et "crimes contre l'humanité ».

Il est également soupçonné d'avoir contribué en 1993 à l'achat de machettes qui seront ensuite distribuées à des miliciens en avril 1994.

La Radio des "Mille Collines"

Et ce n'est pas tout. Il lui est reproché d'avoir favorisé les appels aux meurtres des Tutsis sur la tristement célèbre Radiotélévision libre des Mille collines (RTLM), un média dont il était le directeur.

"Par ses pouvoirs, Félicien Kabuga contrôlait le contenu des émissions de la RTLM et donnait des instructions, incitait, concevait, encourageait, facilitait et ne prenait pas de mesures pour empêcher les émissions dont certaines incitaient à la haine ethnique et à la division", selon l'acte d'accusation lu lors de l'audience.

Félicien Kabuga conteste l'intégralité des chefs d'inculpations qui le visent.

Agé de 84 ans, il va devoir maintenant se défendre devant le Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux, une structure chargée d'achever les travaux du Tribunal international pour le Rwanda.

Classé parmi les fugitifs les plus recherchés au monde, Félicien Kabuga avait été arrêté le 16 mai non loin de Paris où il résidait sous une fausse identité.

Selon des sources proches de l'enquête, il s'était auparavant réfugié en Suisse en juillet 1994 avant d'être expulsé. Il avait ensuite rejoint Kinshasa puis Nairobi, où il avait échappé à une opération destinée à l'arrêter.

Félicien Kabuga aurait également vécu en Allemagne et en Belgique. Les Etats-Unis avaient promis une récompense pouvant aller jusqu'à cinq millions de dollars pour sa capture.

Le génocide de 1994 a fait 800.000 morts selon l'Onu, essentiellement au sein de la minorité tutsie.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.