Cote d'Ivoire: Crise post électorale à Toumodi - Mme Raymonde Goudou coffie prône le vivre ensemble

Mme la Ministre Raymonde GOUDOU COFFIE n'a pas eu un temps de répit depuis l'élection présidentielle du 31 Octobre 2020 à cause des conflits intercommunautaires à Toumodi.

Cadre et responsable politique de la région du Bélier, elle a vécu, avec le cœur meurtri, la fracture qui s'est soudainement opérée entre les populations de Toumodi et certains villages de la région. Ces populations étant d'ordinaire pacifistes, accueillantes et hospitalières, la Ministre de la Culture et de la Francophonie n'a pas pu admettre les raisons qui ont conduit les habitants de sa région à s'entre-déchirer pour une question d'élection.

Au cours d'une rencontre le lundi 9 novembre 2020 à la salle Jean Delafosse de l'Hôtel du District d'Abidjan pour échanger avec les présidents de mutuelles et les cadres du département de Toumodi sur ces récents conflits, Mme la Ministre a rappelé les derniers évènements qui ont eu lieu à Toumodi. Elle a relevé les difficultés de la campagne électorale dans sa région.

« Globalement, les élections se sont bien déroulées à part quelques endroits isolés où la gestion de la situation n'a pas été facile », a-t-elle noté .

«L'action des politiques devrait concourir au développement de la région et au bien-être de la population plutôt que les conflits communautaires », a-t-elle regretté.

Pour arriver à la paix définitive dans son département, Mme Raymonde Goudou Coffie a exhorté les présidents des mutuelles, les responsables des associations et les cadres du département de Toumodi à aller auprès des populations lancer des messages d'apaisement, de cohésion sociale, de pardon de sorte que les jeunes et leurs parents puissent revenir à de meilleurs sentiments afin que Toumodi redevienne comme elle a toujours été .« Il faut encadrer le président des jeunes, former les jeunes, les intégrer dans tout ce qu'on entreprend à Toumodi. Après la séparation de nos cadres du PDCI pour rejoindre d'autres partis politiques, on n'a pas vu un geste de réconciliation de leur part. Cela a beaucoup affecté les jeunes. Il faut que nos cadres cherchent d'abord à se réconcilier et ensuite parler aux jeunes. Cela aiderait à la réconciliation entre les filles et les fils de Toumodi », a suggéré un participant à la rencontre.

En réponse, Mme la Ministre a fait savoir que cela a toujours été son leitmotiv de dialoguer et de parler avec tout le monde sans distinction de bord politique.

« La fratrie et la parenté ne doivent pas prendre un coup à cause de la politique », ne cesse-t-elle souvent d'interpeller.

« Je voudrais inviter chacun de nous à jouer sa participation. Je ne dis pas qui a raison, qui a tort. L'important pour moi, c'est qu'il faut que les cadres de Toumodi se parlent. Nous devrons sensibiliser nos parents sur la nécessité de paix et le vivre ensemble », a encore répété Mme la Ministre Raymonde Goudou Coffie.

Depuis le déclenchement des évènements malheureux qui ont secoué sa région, Mme la Ministre a conduit plusieurs missions de pourparlers avec ses parents. Elle a aussi participé à des médiations avec le général Apalo et la Sénatrice Tamini pour rétablir la confiance entre les jeunes. Ensemble, ils ont rencontré les chefs coutumiers pour qu'ils usent de leur influence pour calmer les jeunes et apaiser les cœurs meurtris.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.