Afrique du Nord: Les gesticulations des séparatistes à El Guerguarat violent les cinq dernières résolutions du Conseil de sécurité

Le blocage du passage d'El Guergarate par les séparatistes du Polisario, la destruction de la route reliant les postes-frontières marocain et mauritanien et les provocations à l'endroit des membres des Forces Armées Royales constituent une violation caractérisée des cinq dernières résolutions du Conseil de sécurité.

Selon une source proche du dossier, ces gesticulations, ainsi que l'intimidation du personnel de la MINURSO, notamment par des jets de pierre contre un hélicoptère qui survolait la zone, mettent gravement en péril la pérennité du cessez-le-feu, et violent les cinq dernières résolutions du Conseil de sécurité, qui ont exigé du Polisario de respecter le cessez-le-feu et de s'abstenir de tout acte susceptible de déstabiliser la situation ou de compromettre la reprise du processus politique.

Les résolutions de l'ONU ont également, et depuis la résolution 2414 adoptée en 2018, enjoint aux séparatistes de se retirer immédiatement de la zone tampon de Guerguerate, a rappelé la même source. Il s'agit également d'actes de défiance ouverte à l'endroit du Secrétaire général de l'ONU, qui a appelé à trois reprises à la préservation de la liberté de circulation civile et commerciale dans la zone tampon, a relevé la source, faisant remarquer que le Polisario ne se cache pas de sa volonté de torpiller la légalité internationale, à travers ses appels à la guerre et son mépris ouvert du Secrétaire général et de la MINURSO, qui subissent des attaques en règle de la part des séparatistes.

Le Maroc, poursuit la source, a jusqu'à présent fait preuve de la plus grande retenue et de la plus grande sagesse devant cette situation gravissime, où un groupe séparatiste armé se livre à des actes de briganderie dans une zone du territoire national marocain placée sous la responsabilité de l'ONU. Cette attitude a été saluée par les membres du Conseil de sécurité lors de l'adoption de la résolution 2548, laquelle exige, pour la cinquième fois, que le Polisario s'abstienne de tout acte de déstabilisation dans la zone située à l'est et au sud du dispositif marocain de défense. Cependant, prévient-elle, "le Maroc n'acceptera pas un changement du statut de la zone située à l'Est et au Sud du dispositif de défense, qui constitue une partie intégrante du territoire marocain". Le Royaume, conclut la source, prend à témoin la communauté internationale de la responsabilité du Polisario, appuyé par l'Algérie, qui l'a créé et qui continue à l'armer et à le financer.

L'armée mauritanienne se renforce à la frontière

L'armée mauritanienne a renforcé ses positions près d'El Guerguerat, où environ 200 routiers marocains sont bloqués par des groupes pro-Polisario, a indiqué mercredi à l'AFP un haut responsable local. "L'armée a bien renforcé ses positions le long de la frontière, une mesure normale pour parer à toute éventualité", a-t-il dit sans préciser les effectifs ou les moyens mobilisés. "Nous ne pouvons pas nier que ceci intervient dans le contexte de blocage actuel mais bien sûr nous sommes en droit de nous protéger", a-t-il dit. Environ 200 routiers marocains avaient lancé un appel au secours aux autorités du Maroc et de la Mauritanie en se disant bloqués au poste-frontière d'El Gerguerat, à la frontière entre la Mauritanie et le Maroc, selon l'agence de presse mauritanienne Alwiam. Les routiers disaient être bloqués par des "milices affiliées à des séparatistes".

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X