Libye: 74 morts dans un nouveau naufrage en Méditerranée

Des migrants à proximité des côtes libyennes, le 29 septembre 2015.

Un nouveau drame en Méditerranée au large des côtes libyennes. Un naufrage a couté la vie hier à au moins 74 migrants, selon l'OIM, l'organisation internationale pour les migrations.

Il y avait environ 120 personnes à bord. Une quarantaine ont été secourus par des pêcheurs et gardes côtes libyens. Les départs depuis la Libye sont en augmentation selon l'OIM, notamment en raison de leurs terribles conditions de vie sur place.

Et pourtant, plus de 11 000 hommes femmes et enfants interceptés en mer ont été renvoyés en Libye depuis début 2020. C'est plus que l'an dernier. Pour l'OIM il est urgent de changer d'approche.

Les migrants naufragés à qui nous avons parlé expliquent que s'ils tentent une traversée si dangereuse, c'est notamment à cause de leur terribles conditions de vie en Libye, où ils risquent toutes sortes d'abus.

La Libye ne peut pas être considérée comme un port sûr. Les migrants qui sont interceptés en mer et y sont renvoyés sont immédiatement placés dans des centres de détention, où l'ONU a documenté leurs conditions de vie catastrophiques : extrême pauvreté, risque de kidnapping, de trafic...

La loi internationale prévoit que les migrants secourus en mer doivent être conduits dans un port sûr, mais ce qui n'est absolument pas le cas de la Libye.

C'est pourquoi l'OIM appelle sans relâche la communauté internationale et l'UE à mettre en place un mécanisme de débarquement pérenne, sur et prévisible qui protège les droits des migrants en Méditerranée centrale.

Sara Msehli, porte-parole de l'OIM à Genève

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.