Mali: Grève des administrateurs - Suspension des négociations

Les syndicats de travailleurs du ministère de l'Administration territoriale ont rompu le dialogue avec le gouvernement, pour protester contre la nomination d'un militaire au poste de préfet du Cercle de Niono (Centre), selon un communiqué rendu public jeudi.

Réunis au sein de la Plateforme d'action commune, les différents syndicats de l'administration territoriale indiquent que le ministre de l'Administration territoriale et de la Décentralisation, par lettre datée du 10 novembre 2020, a saisi le Syndicat libre des travailleurs du ministère de l'Administration territoriale (SYLTMAT) et le Syndicat autonome des administrateurs civils (SYNAC) pour leurs avis sur le projet de décret portant modification de celui du 13 février 2015 fixant les conditions de nomination et les attributions des chefs de circonscriptions administratives afin d'élargir les conditions de nomination des préfets et sous-préfets aux sous-officiers, aux officiers subalternes et aux officiers supérieurs, membres des forces armées et de sécurité.

Les organisations syndicales disent prendre acte de cette lettre du ministre de l'Administration territoriale et de la Décentralisation. « Toutefois, poursuit le communiqué, avant de donner une suite à cette correspondance du ministre, elles affirment avoir été surprises de la nomination d'un militaire au poste de préfet du Cercle de Niono lors du conseil des ministres du 11 novembre 2020, en violation flagrante du décret dont lui-même demande la modification ».

Pour cette violation flagrante des textes et cette «attitude de mépris et de manque de respect», les syndicats de la Plateforme décident de suspendre toute négociation avec le gouvernement jusqu'à l'abrogation de « la décision illégale de nomination d'un préfet militaire à Niono ».

Les syndicats ont, depuis lundi dernier, déclenché une grève illimitée pour «contraindre» les autorités à donner des réponses à une douzaine de revendications.

Plus de: lejecom

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.