Sénégal: Accord de pêche avec le pays - Les précisions de l'Union européenne

Un navire de pêche
15 Novembre 2020

Après que l'annonce de la signature d'un nouvel accord de pêche avec le Sénégal a suscité la polémique dans l'opinion sénégalaise, l'Union européenne apporte des précisions. Dans un communiqué daté du 12 novembre, l'Ue informe que l'accord en question et son protocole de mise en œuvre « garantissent un cadre légal, transparent et assorti de contreparties gagnant-gagnant ».

Il participe à « une meilleure gouvernance des océans et à la protection du secteur des pêches et des emplois qui en dépendent », ajoute le document, précisant que les quotas de pêche alloués par le Sénégal aux bateaux européens correspondent à une ressource « non ciblée par les pêcheurs sénégalais et disponible en quantité suffisante, en adéquation avec les principes d'une pêche durable et responsable ».

Ces quotas concernent « exclusivement » des espèces bien déterminées - le thon et le merlu noir - et ne font pas l'objet de licences de pêche qui pourraient interférer avec la pêche artisanale sénégalaise, assure l'Union européenne.

Négocié en juillet 2019, le nouveau protocole prend le relai de celui de 2014-2019 et prend en compte « les meilleurs avis scientifiques disponibles (sénégalais et européens), ainsi que sur des consultations menées avec les opérateurs et la société civile au Sénégal et en Europe », poursuit le communiqué.

Après le feu vert du Parlement européen, le 12 novembre, l'accord doit être validé par le Conseil des États membres de l'Ue et le Sénégal avant d'entrer en vigueur.

Il permettra à 45 bateaux européens (28 thoniers senneurs, 10 thoniers canneurs, 5 thoniers palangriers et 2 merlutiers), d'opérer dans les eaux sénégalaises, moyennant un montant global de plus de 15,25 millions d'euros sur 5 ans, soit plus de 3 millions d'euros par an.

Entre autres détails, les quotas annuels sont revus à la baisse dans le nouveau protocole, passant à 10 000 tonnes pour les thonidés (au lieu de 14 000 tonnes précédemment) et 1750 tonnes de merlu noir (au lieu de 2000 tonnes).

Par ailleurs, « des dispositions ont été introduites pour limiter les captures accidentelles d'oiseaux de mer et de mammifères marins », indique l'Union européenne.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.