Namibie: Samuel Nujoma, le berger devenu héros de l'indépendance MAJ 17 SEPT 2019

Samuel Nujoma, premier président de la République de Namibie entre 1990 et 2005 est mort ce XXXX à l'âge de XXXX, à XXXXX.

Samuel Nujoma, dit Sam Nujoma, le visage rond, jovial, en partie caché par d'énormes lunettes à verre en loupe, arbore, comme à son habitude, un large sourire laissant apparaître un alignement parfait de dents blanches...

Nous sommes le 21 mars 1990. La Namibie accède à l'indépendance et l'ancien révolutionnaire marxiste prête serment en présence de Javier Pérez de Cuéllar, le secrétaire général des Nations unies, Frederik de Klerk, le président de l'Afrique du Sud et de Nelson Mandela, tout juste libéré de prison. Après des années de lutte à la tête de l'Organisation du peuple du Sud-Ouest africain (Swapo), Sam Nujoma préside aux destinées de la Namibie. Le pays a enfin un nom, il n'est plus ce Sud-Ouest africain, simple province sous le joug sud-africain. Le Sud-Ouest africain, dernière colonie de l'Afrique.

Gardien de vaches...

Le petit Sam passe son enfance dans un village de pasteurs à garder les quelques vaches et chèvres que possède la famille. Son père rêve de faire de lui un bon berger. Le soir, il rejoint les bancs de l'école, mais à 16 ans il quitte le milieu scolaire et multiplie les petits boulots : garçon de voiture-restaurant, employé de bureau, assistant dans un magasin... Sam adolescent prend conscience que ce Sud-Ouest africain, là où il est né, n'est qu'une colonie sud-africaine.

Quelques années plus tard, il s'installe au Cap, en Afrique du Sud, il travaille comme steward dans les chemins de fer. En 1955, Nujoma franchit le pas et participe à la création de l'Organisation du peuple du pays Ovambo (OPO), l'ancêtre du South West Africa Peolple's Organization, la Swapo. L'Organisation du peuple du pays Ovambo est mise sur orbite par Nujoma, le trublion Andreas Shipanga et Toïvo ya Toïvo, une sorte de Nelson Mandela, qui comme lui, a effectué un long séjour à Robben Island.

Sam Nujoma se lance dans la lutte syndicale, mais l'Afrique du Sud n'aime pas les fortes têtes, surtout noires... L'agitateur perd son travail, viré des chemins de fer sud-africains et renvoyé dans son pays. Mal en a pris à Prétoria. A Windhoek, l'ancien gardien de chèvres organise la résistance face à la ségrégation raciale. Une manifestation en décembre 1959 tourne mal. La répression est sanglante et pour Sam Nujoma commence alors un long exil : le Botswana, le Ghana, le Liberia puis les Etats-Unis. Trente longues années d'exil au cours desquelles Nujoma multiplie les voyages et les contacts.

Sam Nujoma se bat sur tous les terrains : diplomatique - il demande pendant des années mais en vain aux Nations unies d'obliger l'Afrique du Sud à restituer sa souveraineté au Sud-Ouest africain - et la lutte armée dès 1966. La Swapo créée le Plan, People's Liberation Army of Namibia, une armée de libération en bonne et due forme. Les succès militaires sont plus que maigres. Et les pertes sont lourdes, au moins 10 000 combattants périssent. C'est sur le terrain politique que la Swapo engrange d'importants succès. En 1973, l'ONU reconnaît le mouvement comme seul représentant légitime du peuple namibien. Et dans une résolution (435), le Conseil de sécurité en 1978, dit clairement que la Namibie doit accéder à l'indépendance.

L'irrésistible ascension

Le colonisateur sud-africain met dix longues années pour se ranger à cet avis. Nujoma rentre au pays en septembre 1989. L'histoire, enfin, s'accélère. Un an plus tard, le dirigeant nationaliste dirige la Namibie. Après un long parcours semé d'embûches, sa patience à toute épreuve est récompensée.

Sam Nujoma fait trois mandats et quitte le fauteuil présidentiel le 21 mars 2005. Il a 76 ans. Les premières années au pouvoir font découvrir un homme pragmatique, tranquille, soucieux de la réconciliation nationale et de l'unité du pays. Ce sont les belles années Nujoma. Assombries certes par le scandale du luxueux Facon acheté par la présidence alors que le pays est en pleine sécheresse. La Norvège coupe sa coopération avec la Namibie. L'ancien révolutionnaire prend goût au pouvoir et ses attributs... En 1994, il est réélu pour un second mandat. Par un tour de passe-passe, il fait réviser la loi fondamentale, ce qui lui permet de se représenter : en 1999, il remporte haut la main l'élection.

« Mugabe light »...

Mais l'inquiétude est là : Nujoma veut-il être président à vie ? Le mécontentement populaire gronde, sur fond de crises économique et sociale. Au sein même de la Swapo, les divisions éclatent au grand jour. Le chef de l'État en prend ombrage. L'homme tranquille devient désordonné. Le discours est sans nuance, brutal. Sam Nujoma s'en prend à la minorité blanche, aux homosexuels, aux journalistes. On l'appelle désormais le « petit Mugabe » ou « Mugabe light ». Il marche sur les traces du bouillonnant président zimbabwéen. Il déclare que l'homosexualité est « bestiale », que le « gayisme et le lesbianisme » ne seraient jamais tolérés en Namibie, qu'ils sont contraires à la culture du pays. Nujoma devient irrationnel. Le sida ? Sam Nujoma s'en explique à Genève, lors d'une rencontre internationale : « Le sida, c'est une guerre biologique produite par certains Etats et non une maladie naturelle (... ) Ceux qui possèdent des médias puissants ont tenté de faire croire aux Africains qu'elle était née en Afrique centrale où les Noirs mangent les singes verts et auraient ainsi infecté le monde entier. »

Ce « Mugabe light » en inquiète plus d'un. Mais les deux millions de Namibiens le respectent encore. C'est le père de la Nation, celui qui assure la stabilité du tout jeune Etat. En 2005, Nujoma passe la main à son fils spirituel, Hifikepunye Pohamba. La retraite politique n'est que partielle. L'ombre de Sam Nujoma plane toujours dans les allées du pouvoir. Le parti, c'est lui. Il ne jette l'éponge qu'en 2007.

La « marionnette » Pohamba fait, enfin affranchie, ses premiers pas en tant que président libre. Hifikepunye Pohamba œuvre sans relâche pour la démocratie namibienne. Début 2015, il cèdera le pouvoir à Hage Heingop, rejoignant le cercle très restreint des lauréats du prix Mo Ibrahim qui récompense les dirigeants pour leur bonne gouvernance.

Quant au père de l'indépendance, aujourd'hui, pour nombre de Namibiens, c'est d'abord « Sam Nujoma Avenue » ou « Sam Nujoma Drive », un nom de rue...

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.