Un changement de paradigme est nécessaire dans la quête de l'Afrique centrale pour bâtir les compétences vers la diversification économique

13 Novembre 2020

Yaoundé — Des ministres, des universitaires, des experts du développement et des hauts fonctionnaires de l'ONU ont convenu qu'un changement de paradigme majeur en matière de formation formelle et pratique est nécessaire en Afrique centrale si la région veut réussir à diversifier ses économies.

C'était au cours d'un dialogue politique virtuel de haut niveau sur le thème « Révolutionner les compétences pour la diversification économique en Afrique Centrale» organisé par la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA) pour donner le ton des délibérations de la 36e session du Comité intergouvernemental de hauts fonctionnaires et d'experts de l'Afrique Centrale (CIE) qui s'est tenue du 11 au 12 novembre 2020. Cette session avait pour thème principal: « Bâtir les compétences pour la diversification économique en Afrique centrale ».

Un point de convergence des panélistes et d'autres experts venus du monde entier était que l'éducation dans les domaines de la science, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques (STEM) ainsi que le recyclage et le perfectionnement des compétences générales telles que la pensée critique, le leadership, la résolution des problèmes, la communication et le travail en équipe étaient essentiels pour accélérer la diversification économique dans la région. Et il ne pourrait pas y avoir de meilleur moment pour cette révolution que maintenant avec les faiblesses structurelles des économies de la sous-région mises à nu par la pandémie de COVID-19.

Le ministre camerounais des Mines, de l'Industrie et du Développement technologique, Dodo Ndoke Gabriel, a déclaré que, comme dans la plupart des pays de la région, le système éducatif de son pays était désuet, avec la priorité toujours accordée aux sciences sociales et aux sciences humaines, alors que les disciplines relatives aux STEM qui sont essentielles pour le renforcement des capacités productives continuent à bénéficier de peu d'attention, ce qui conduit à une énorme inadéquation entre l'offre de compétences, les besoins du marché et la disponibilité de l'emploi.

"Nous devons maintenant poursuivre un changement de paradigme à deux niveaux pour promouvoir la diversification économique", a-t-il affirmé.

"Premièrement, il devrait y avoir un passage de l'éducation pour un système de production extractif et de recherche de rente à un système qui prépare les apprenants pour un système de production transformateur; deuxièmement, nous devrions concevoir des programmes de formation orientés vers la création d'emplois et le développement de l'esprit d'entreprise plutôt que vers la création de bureaucrates et de chercheurs d'emploi".

Le ministre Ndoke a déclaré qu'un tel changement de paradigme produirait des diplômés capables d'exercer les métiers cruciaux nécessaires pour la diversification de nos économies, ajoutant que les économies des pays de l'Afrique Centrale pourraient s'inspirer de pays tels que le Ghana, le Kenya, l'Afrique du Sud et le Nigéria qui mettent actuellement l'accent sur les STEM. Les programmes de formation devraient donc être refondus et révisés en vue de répondre aux demandes du marché du travail, a-t-il conclu.

Les intervenants ont convenu qu'il était essentiel que les pays d'Afrique Centrale entreprennent une évaluation des lacunes en matière de compétences en vue d'identifier les compétences qui manquent dans leurs économies afin de pouvoir adopter des politiques adéquates visant à renforcer les capacités humaines nécessaires pour promouvoir l'industrialisation.

"Les connaissances tacites ou leur absence constituent l'un des principaux obstacles à la diversification des économies en Afrique Centrale. Nous ne réussirons que si nous améliorons le niveau de sophistication et de complexité de nos systèmes de production", a déclaré Antonio Pedro, qui dirige le Bureau Sous-Régional de la CEA pour l'Afrique Centrale qui a organisé l'événement. "Cela passe par le placement de l'innovation et de la technologie au centre de nos processus de développement. En outre, notre système éducatif doit être modulé en fonction des changements locaux, régionaux et mondiaux, en facilitant une formation dynamique et flexible et le déploiement de nouvelles compétences, et être ancré sur une adaptation continue des contenus des formations et des méthodes d'enseignement en vue de mieux répondre aux impératifs nouveaux et émergents", a-t-il ajouté.

"Les pays d'Afrique centrale peuvent tirer profit de l'exemple d'un pays en développement comme l'Éthiopie, qui a réussi à aligner ses stratégies de développement de l'éducation et des compétences sur sa vision nationale. Pour ce faire et pour soutenir sa stratégie de substitution des importations, le gouvernement a encouragé la formation dans les STEM, ce qui a conduit à une admission de 70 pour cent d'étudiants qui poursuivent les STEM dans les établissements d'enseignement supérieur contre 30 pour cent inscrits dans les arts et sciences humaines.

Pedro a noté que les perturbations des échanges liées au COVID-19 ont beaucoup renforcé les arguments en faveur d'un programme de développement autocentré et d'une industrialisation axée sur les ressources et induite par le commerce. Il en va de même pour le contenu local, un puissant instrument de politique industrielle, puisqu'il est désormais sensé sur le plan commercial de domestiquer et de localiser la chaîne de valeur des approvisionnements afin de réduire les risques du côté de l'offre.

Pour surmonter les contraintes contraignantes, capitaliser les gains de productivité, faciliter le rattrapage technologique et renforcer les capacités d'innovation, il est primordial que les retardataires, comme la majorité des pays africains, prennent des mesures délibérées pour créer des pôles industriels, des grappes et des ruches de collaboration ouverte entre les industriels. , universités et centres de recherche, en particulier avec les opportunités offertes par les zones économiques spéciales (ZES).

Une analyse factuelle et des outils sophistiqués d'aide à la décision peuvent améliorer l'identification des pôles de croissance et faciliter une planification spatiale et un zonage optimaux. «Nous faisons cela dans le cadre de la formulation du Plan directeur de développement industriel et de diversification économique de l'Afrique centrale (PDIDE-AC), a poursuivi Pedro.

L'économiste principal de l'OIT, Irmgard Nübler, a déclaré que changer les mentalités et souscrire à une solide éthique du travail sont essentiels pour l'innovation et le développement des compétences si la région veut réussir à changer de cap vers des économies diversifiées grâce à de nouveaux programmes d'enseignement.

«L'Afrique centrale doit renforcer ses capacités sociales d'innovation en mettant en place une formation à l'échelle de la société en vue d'acquérir les compétences de diversification», a-t-elle affirmé, ajoutant que «pour réaliser des changements significatifs, il faut passer de la concentration sur les individus à la concentration sur le collectif, construisant ainsi un pacte de société pour une révolution des compétences ».

Elle a soutenu qu '«un processus et une stratégie d'apprentissage coordonnés et complets, qui incluent la promotion de l'apprentissage, sont essentiels pour qu'un programme d'apprentissage aussi large et pratique se déroule à différents stades et lieux, car comment et ce que nous apprenons détermine notre capacités à adopter et à s'adapter au méga-données, à l'intelligence artificielle et à la connectivité. » Cela aidera à remédier aux imperfections du marché du travail, telles que l'accent mis sur les titres acdémiques plutôt que sur les aptitudes et compétences, a-t-elle conclu.

Pour Jean Luc Mastaki, économiste au bureau régional de la CEA pour l'Afrique centrale, la promotion de l'innovation et la facilitation de l'accès à la technologie sont essentielles, en particulier pour le développement efficace des PME ou du secteur informel de la région. Il a noté que la sous-région peut regarder vers l'extérieur les exemples des pays scandinaves tels que la Norvège où les PME et les établissements universitaires et de formation ont développé des partenariats fructueux pour intégrer les étudiants dans l'industrie afin d'acquérir une expérience pratique tandis que les formateurs observent les besoins réels du marché pour ajuster les modules de formation.

Il a déclaré que les pays d'Afrique centrale doivent harmoniser et moderniser la formation et les politiques et régionaliser la certification pour faciliter la mobilité de la main-d'œuvre, qui est cruciale pour la diversification économique et l'industrialisation dans la sous-région. Il a en outre fait valoir que la certification et l'accréditation de l'apprentissage augmenteraient sa visibilité, son acceptation et sa valeur par la société, contribuant ainsi à une augmentation des apports pour combler un déficit majeur de l'offre dans les programmes de formation existants.

Le rôle de la diaspora pour combler le déficit de compétences et accélérer le transfert de technologie pour la diversification économique de l'Afrique centrale a été amplement reconnu lors du débat de haut niveau.

Le Dr Augustine Mofor, un ingénieur en informatique camerounais basé en Allemagne, a évoqué l'importance primordiale de la gouvernance pour exploiter le savoir-faire des experts de la sous-région de la diaspora. Le ministre Dodo Ndoke a approuvé et encouragé les ingénieurs et autres membres hautement qualifiés de la diaspora à ne pas reculer dans leurs efforts pour soutenir leur pays d'origine, notant qu'au Cameroun, par exemple, l'architecture d'échange avec la diaspora existe déjà mais elle doit être systématisée et mieux opérationnalisée.

Les points saillants du débat de haut niveau sont reflétés dans la déclaration finale de la 36e CIE pour l'Afrique centrale. Ces derniers seront canalisés vers les gouvernements, les communautés économiques régionales, les universités, les groupes de réflexion, le secteur privé et d'autres partenaires de développement de la sous-région offrant des pistes pour mettre en œuvre la Décennie 2021-2030 pour la diversification économique en Afrique centrale déclarée lors de la CIE.

Contact Média

Abel Akara Ticha -Responsable de la Communication

Commission Economique des Nations Unies pour l'Afrique

637, rue 3.069, Quartier du Lac, Yaoundé, Cameroun

Tél: +237 222504348

Courriel: akara@un.org

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.