Congo-Brazzaville: Covid-19 - Les sportifs sensibilisés à la maladie

Prélude à la tenue des assemblées générales électives des fédérations sportives nationales, le Comité national olympique et sportif congolais (Cnosc) a tenu à jouer sa partition dans la lutte contre le coronavirus.

Le Cnosc a organisé, le 14 novembre, au gymnase Nicole Oba la journée de sensibilisation à la pandémie en milieu sportif. Les représentants de chaque fédération affiliée ont répondu à l'appel du Cnosc, en prenant tous l'engagement de respecter les mesures édictées par le gouvernement pour lutter contre la propagation de cette maladie. Les sportifs ont pris cet engagement de façon très particulière. Ils ont, en effet, appuyé chaque déclaration lue par chacun des représentants, notamment ceux des sports de combat, des sports individuels et des sports collectifs par quelques simulations pour symboliser le port obligatoire du masque. Ils ont également insisté sur d'autres gestes pour souligner le lavement des mains, devenu selon eux, une obligation après chaque compétition ou entraînement et le refus de partager la même bouteille d'eau à deux ou à trois, l'échange des maillots après les rencontres ainsi que les embrassades.

« Nous, dirigeants, entraîneurs et athlètes des sports individuels, sommes mobilisés en prenant le ferme engagement de nous laver les mains avant et après chaque entraînement ou compétition pour que la pratique du sport ne soit pas un agent vecteur de la covid-19 », a souligné le représentant du sport individuel. Et à celui du sport collectif d'ajouter : « Nous, dirigeants et athlètes des sports collectifs, prenons ce jour l'engagement de respecter les mesures barrières dans la pratique de nos disciplines respectives, l'interdiction d'échanger les maillots. Aussi exigeons-nous la détention des bouteilles individuelles d'eau »

Micheline Okemba, 4e vice-présidente du Cnosc a, au nom du président du Cnosc, invité les sportifs qui multiplient des dérogation pour obtenir la reprise des compétitions à une véritable prise de conscience. « Les sportifs africains en général et congolais en particulier ne doivent pas croire avoir vaincu cette grande épidémie. Et pourtant tous ont soif de reprendre leurs activités, en particulier ceux inscrits en compétition continentale et mondiale. Des dérogations sont sollicitées ça et là et cela ne pourrait être possible si nous-mêmes nous faisons acte de précautions à pendre », a-t-elle indiqué. Selon elle, les assemblées générales électives sont un test de cette prise de conscience.

Mme Marie Clemence Oniangué, cheffe de service du Centre médico sportif du stade Alphonse-Massamba-Débat a précisé, quant à elle, que la santé des sportifs mentale et physique du Congo et du monde est primordiale et devrait constituer l'éthique de toute prise de décision à tous les niveaux. Nous devons rappeler à tous que la santé passe en premier. Tout le reste est secondaire

En l'absence de traitement préventif ou curatif et du vaccin définitivement établi, les gestes barrières et les mesures de distanciation physique sont, selon elle, des opportunités pour gagner du temps et permettre aux autorités de santé de construire les ressources et les systèmes plus efficaces. « Se laver fréquemment les mains, éviter les contacts proches, maintenir une distance d'au moins deux mètres avec les autres personnes en particulier si elles toussent, éternuent ou ont de la fièvre, éviter de toucher les yeux, le nez et la bouche, respecter les règles d'hygiène respiratoire, se couvrir la bouche et le nez avec le pli du coude ou avec un mouvoir en cas de toux ou éternuement, jeter le mouchoir immédiatement après dans une poubelle fermée, se laver les mains avec une solution hydro-alcoolique ou à l'eau et au savon » sont autant de recommandations faites aux sportifs

Joseph Mbon Obami, le représentant du ministre des Sports a souligné que le respect des mesures barrières lors de la tenue des assemblées générales demeure le seul moyen de prévention face à cette redoutable pandémie.

A La Une: Coronavirus

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.