Guinée: Cinq figures de l'opposition écrouées

Des militaires bérets rouges (image d'illustration)

Incarcérés depuis cinq jours dans les locaux de la police judiciaire, les cinq figures de l'opposition ont été inculpées pour « atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation » placés sous mandat de dépôt et écrouées à la prison civile de Conakry.

Abdoulaye Bah, Ousmane Gaoual Diallo et Cellou Baldé, tous de l'UFDG, principale formation de l'opposition guinéenne, ainsi qu'Étienne Soropogui, du Mouvement les valeurs communes, un soutien actif de Cellou Dalein Diallo lors de la présidentielle du 18 octobre, ont passé leur première nuit à la prison civile de Conakry.

Ils ont été déférés lundi 16 novembre devant un juge d'instruction du tribunal de Dixinn, dans la proche banlieue de Conakry, qui les a inculpés de « fabrication et détention d'armes de guerre et atteintes aux intérêts fondamentaux de la nation » et immédiatement conduits sous bonne escorte à la prison civile. Ils y ont rejoint Ibrahima Chérif Bah, l'un des vice-présidents de l'UFDG et ancien gouverneur de la Banque centrale de Guinée, inculpé et placé sous mandat de dépôt la semaine dernière pour les mêmes motifs.

Dans une déclaration à la presse, le porte-parole du collectif des avocats de la défense, Me Salifou Béavogui, a expliqué : « nos clients, des prisonniers politiques, ont le moral au beau fixe, très confiants puis qu'ils sont convaincus de leur innocence », ajoutant qu'« ils sont simplement poursuivis pour des raisons politiques ».

Le procureur quant à lui n'a pas souhaité s'exprimer pour le moment. Le parquet avait simplement déclaré la semaine dernière que ces hauts responsables de l'opposition étaient activement recherchés pour avoir proféré des menaces de nature à troubler l'ordre public.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.