Burkina Faso: Claude Tassembedo - « Je vais travailler afin que chacun mérite ce qu'il a »

16 Novembre 2020

Dans le cadre de la compagne présidentielle, le candidat indépendant, Claude Aimé Tassembedo, a visité trois sites de déplacés au secteur 9 de Ouahigouya et le Centre hospitalier régional (CHR), le dimanche 15 novembre 2020. Il dit être venu s'imprégner de leurs conditions de vie et de travail et présenter son programme de société.

Le candidat indépendant, Claude Aimé Tassembedo, a échangé avec son électorat de Ouahigouya, ce 15 novembre 2020. En effet, dans sa stratégie de campagne de proximité (du porte-à-porte), il a sillonné trois sites des déplacés, sis au secteur 9 de Ouahigouya. « J'ai l'habitude de venir leur rendre visite les mains chargées.

Mais aujourd'hui, je suis venu leur présenter mon programme de société en vue de les inviter à me voter », a -t-il souligné.

Selon lui, il a choisi les sites de déplacés car c'est sa famille. « J'ai décidé d'être avec les sans voix, les gens pauvres qui souffrent parce qu'en moi, le problème ce n'est pas d'être riche, mais avoir un cœur de pauvre et je suis toujours avec ceux qui souffrent », a indiqué le candidat.

A l'écouter, les déplacés connaissent bien ces visages (les candidats des partis politiques). Ce sont eux qui ont créé tous ces problèmes d'insécurité, ils en font partie, voilà pourquoi ils ne peuvent le résoudre, souligne le candidat. « Je suis le seul car je n'ai jamais milité dans ces partis politiques.

C'est la raison pour laquelle le peuple doit avoir l'occasion aujourd'hui de choisir leur destin et cette personne, c'est moi », a-t-il déclaré. Certes, le candidat reconnait qu'il vient de temps en temps les aider mais pour changer leur vie structurellement il faut qu'il accède à la présidence.

« Avec vous, on va travailler dans le sens de la démocratie directe pour changer la vie », a-t-il précisé. Claude Aimé Tassembedo ambitionne remettre la justice sociale en place, ramener la bonne gouvernance pour que la société redevienne une société de méritocratie afin que chacun mérite ce qu'il a.

« Avec moi, plus de gabegie, plus d'impunité et de détournement », a-t-il expliqué. Si le candidat est élu président du Faso, sa priorité est de construire le secteur de la santé car sans elle, rien ne peut se faire.

« Le constat est que ce domaine par excellence a le plus de difficultés en terme d'investissements pourtant un grand budget lui est consacré. Où va donc cet argent », se demande M. Tassembedo.

Mettre fin au détournement

Une fois au pouvoir, il compte ramener ce budget à l'utilisation qu'il faut. Il s'agit pour lui de doter le secteur de la santé les moyens nécessaires pour mieux prendre soin des populations.

« Dans mon gouvernement, je vais travailler à réattribuer les fonds à sa destination. Il faut mettre l'argent là où il faut pour qu'on puisse travailler correctement », a-t-il insisté. Voilà pourquoi, il a opté pour la stratégie du porte-à-porte car, de son avis, cela lui permet de constater sur le terrain les conditions de vie et de travail.

C'est pourquoi le candidat est allé visiter le Centre hospitalier régional de Ouahigouya (CHR). Pour la sage-femme, Bibata Sempéobo, c'est un grand plaisir de voir un candidat à la présidentielle venir nous rendre visite et s'imprégner des conditions de travail.

« On a un réel manque de matériel de travail et il a promis une fois au pouvoir, équiper le secteur de la santé. Ce sont des propos encourageants », a-t-elle confié.

Pour la mise en œuvre du programme, le candidat Tassembedo, avec ces idées révolutionnaires compte travailler avec les meilleures des Burkinabès pour que le pays avance.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.