Guinée Bissau: La dépouille de l'ex-président Nino Vieira transférée au cimetière des martyrs

Onze ans après sa mort les restes mortuaires de l'ancien président de Guinée-bissau et ex-héros de la guerre d'indépendance contre le Portugal, Joao Bernardo Vieira, dit Nino Vieira, assassiné en 2009, ont été transférés lundi au cimetière des martyrs, le panthéon bissau-guinéen.

L'ancien président Joao Bernardo Vieira aurait dû être enterré dans le carré des héros de l'Indépendance, dans la forteresse Damura. Le président Umaro Sissoco Embalo a décidé de corriger cette injustice, en transférant ses restes mortuaires au panthéon bissau-guinéen.

L'inhumation du président Vieira au cimetière des martyrs est loin cependant de faire l'unanimité dans sa famille. Pour certains de ses enfants, les autorités auraient dû d'abord faire toute la lumière sur les circonstances de son assassinat. João Bernardo Vieira a été assassiné le 2 mars 2009 par un groupe de militaires qui dit avoir vengé leur chef, le général Batista Tagmé Na Waie, tué quelques heures auparavant dans un attentat à la bombe.

« Nous voulons que le président nous respecte, nous les enfants de Nino. Isabel Romano Fereira Vieira n'est pas la seule femme qui a eu des enfants avec Nino Vieira. Le président nous a manqué de respect. Je lui demande dignement de laisser la famille se réunir pour rendre un dernier hommage à notre père bien aimé », a déclaré Florencia Vieira, sa fille aînée.

Le président Embalo lui a alors répondu : « J'ai tout simplement informé son épouse en lui disant que nous allons enterrer le président Nino Vieira auprès de son compagnon Amilcar Cabral. Pour cela, je n'ai pas besoin d'autorisation, car Nino est un patrimoine national. Il appartient à tous les enfants de ce pays. Donc, il n'appartient pas seulement à son épouse ou à ses enfants. »

Le président de transition du Mali, Bah N'Daw, était l'invité d'honneur de la cérémonie.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.